f1g2a3s4b5

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/12/2014

Il est né le divin enfant

naissance.jpg

Refrain

Il est né le divin enfant,
Jouez hautbois, résonnez musettes !
Il est né le divin enfant,
Chantons tous son avènement !

images.jpegDepuis plus de quatre mille ans,
Nous le promettaient les prophètes
Depuis plus de quatre mille ans,
Nous attendions cet heureux temps.

Refrain

Ah ! Qu'il est beau, qu'il est charmant !
Ah ! que ses grâces sont parfaites !
Ah ! Qu'il est beau, qu'il est charmant !
Qu'il est doux ce divin enfant !

Refrain

Une étable est son logement
Un peu de paille est sa couchette,
Une étable est son logement
Pour un dieu quel abaissement !

Refrain

Partez, grands rois de l'Orient !
Venez vous unir à nos fêtes
Partez, grands rois de l'Orient !
Venez adorer cet enfant !

Refrain

santon.jpgIl veut nos cœurs, il les attend :
Il est là pour faire leur conquête
Il veut nos cœurs, il les attend :
Donnons-les lui donc promptement !

Refrain

O Jésus ! O Roi tout-puissant
Tout petit enfant que vous êtes,
O Jésus ! O Roi tout-puissant,
Régnez sur nous entièrement !

Refrain

15/12/2014

La monarchie absolue de droit divin

La monarchie absolue de droit divin, impostures et réalité

l’état royal face à ses détracteurs
lundi 9 mars 2009 par Betuy

Les détracteurs de la monarchie absolue sont nombreux. Il y a bien sûr les Modernes pour lesquels pouvoir absolu signifie pouvoir “arbitraire”, “sans limites”. Plus curieusement, depuis le XIXe siècle, on rencontre aussi des royalistes contempteurs de l’État royal ; ceux-ci conçoivent la monarchie des XVIIe et XVIIIe siècles comme la dérive autocratique d’une monarchie tempérée incarnée idéalement par saint Louis. Qu’était donc réellement cette monarchie absolue de droit divin qui suscite tant de critiques ?

14/12/2014

En route vers Bethléem...

bethlehem_p.jpg

06/12/2014

Vive St-Nicolas

stnic.jpg

04/12/2014

Saint patron protecteur de toute la Lorraine.

stnicol.jpgLe culte de saint Nicolas se répandit très tôt en occident, notamment dans la région rhénane d'où il vint sans doute dans l'ancienne Lotharingie. L'abbaye de Gorze, près de Metz, n'y est pas étrangère, car depuis longtemps déjà, on y vénérait les reliques du thaumaturge. Dès la première moitié du XIè siècle, des églises et Chapelle furent dédiées à saint Nicolas. Le Duc de Lorraine Thierri II qui fit construire un nouveau faubourg à Neufchâteau, y érigea en 1097, une église qui fut dédiée à saint Nicolas. A Gerbéviller, l'ancienne église Saint Pierre comportait une chapelle latérale dédiée à saint Nicolas etc..

Nicolas avait été archevêque de la ville de Myre, au sud-ouest de la Turquie actuelle, sur le bord de la Méditérranée. Il y avait été inhumé et sa tombe attirait des foules, car il s'y produisait des miracles. En 1087, des marchands italiens qui rentraient d'Antioche en bateau, accostèrent à Myre et s'emparèrent de la relique qu'ils ramenèrent à Bari. Ils furent accueillis en grandes pompes à leur retour. Les italiens invoquèrent qu'ils avaient voulu préserver des Sarrasins les restes de saint Nicolas, mais ce faisant, ils privèrent l'Eglise d'Orient qui avait une grande dévotion pour ce saint. Il faut observer que la rupture entre les deux églises avait eu lieu en 1053...

Le culte de saint Nicolas était déjà bien établi chez nous avant la translation de la relique à Bari, mais l'événement  eut un retentissement universel.

basilique_1300278272.jpgUn certain Aubert qui revenait de croisade fit étape à Bari où il alla se prosterner sur le tombeau. Là, servi par la providence, il rencontra le clerc chargé de la garde des lieux et qui, comme lui, était originaire de Port. Ils se trouvèrent même des liens de parenté et se lièrent d'amitié. Les relations évoluèrent si bien que le clerc eut une vision dans laquelle saint Nicolas lui apparut et lui exprima son désir qu'une de ses reliques soit déposée à Port. Avec les clefs du tombeau que le clerc détenait, rien n'était plus facile. Une petite expédition nocturne permit de prélever une partie d'un doigt du saint que l'on appelera plus tard la jointure.

A son retour, Aubert déposa la relique dans l'église de Port et plusieurs miracles s'ensuivirent. Le bourg prit de le nom de Saint-Nicolas de Port et un pèlerinage se mit en place qui eut un immense succès. On venait de partout, de Lorraine et de beaucoup plus loin, notamment de Bourgogne, de France et d'Allemagne. On y vit de très nombreux dignitaires et souverains. Jeanne d'Arc, elle-même y vint avant d'entreprendre sa mission.

René II eut une très grande dévotion pour saint Nicolas, surtout lors de la guerre contre Charles le Téméraire. Après la bataille de Nancy le 5 juillet 1477, le duc attribua son succès principalement à saint Nicolas et pour la première fois, fut affirmé publiquement son patronage sur la Lorraine. Patronage confirmé en 1657 par le pape Innocent X.

(Source : Lorraine 2000 ans d'histoire)

02/12/2014

Saint-Nicolas et l'épopée de Cunon Sire de Réchicourt

chevalier.jpgAu soir du 05 décembre de l'année 1240, c'est à dire, à la veille même de la fête patronale de Saint-Nicolas de Myre, il se passa chez nous un fait inouï, dont, jusqu'aujourd'hui, nous célébrons solennellement la mémoire.
Il s'agit de la délivrance miraculeuse du Sire Cunon de Réchicourt et de la solennité la plus populaire depuis cette époque à Saint-Nicolas de Port (...).

Cunon de Réchicourt était le Chef de la Maison de Linange. Après des prodiges de valeur, le Seigneur Lorrain tomba aux mains des Infidèles, qui, sachant son sang et sa valeur, le retinrent prisonnier au lieu de l'immoler.
Les musulmans pensèrent en tirer une énorme rançon comme c'était l'usage en ces temps là.


Ils le jetèrent dans un cachot où il demeura 4 ans : il fut chargé de lourdes chaînes, carcan au col, ceinture de fer pour l'attacher à la muraille, menottes aux mains et aux pieds, bref, tout un attirail formidable qu'on put contempler des siècles dans l'église même de Saint-Nicolas de Port. 
Années lentes, pénibles, douloureuses, où le Seigneur Lorrain, vaincu et prisonnier, qui s'attendait à mourir, pensait souvent à son pays lointain.
Et la rançon n'arrivait toujours pas..


cunon.pngLe vaillant guerrier oublié des siens songea, en ce 5 décembre 1240, que le lendemain était la fête solennelle de Saint-Nicolas, Evêque de Myre, Patron de son pays lorrain.
Alors, plein de confiance, il éleva ses pensées et son coeur vers le Protecteur des prisonniers et des marins en danger, et il s'écria :


- "O Grand Saint-Nicolas, venez donc à mon secours, n'importe comment ; mais sauvez-moi et rendez-moi aux miens et à ma patrie !"
Soudain - comme autrefois à l'apôtre Saint-Pierre à sa prison - une éclatante lumière emplit le cachot du Sire de Réchicourt - 
Saint-Nicolas apparut tout nimbé de gloire, toucha de sa dextre bénissante le malheureux seigneur, soldat du Christ, et lui dit : 
-"Va, tu es libre ; les portes de ce cachot sont ouvertes ; va... je te conduirai par la main vers les tiens et vers ton cher pays de Lorraine, que je protège du haut des cieux ! Va ! "(....)


A 9 heures du soir, en ce 5 décembre 1240, Cunon de Réchicourt, le prisonnier de Palestine, se trouva transporté miraculeusement devant la porte de l'église de Saint-Nicolas de Lorraine. On dit, qu'arrivé devant l'église, les portes s'ouvrirent toutes seules devant le chevalier enchaîné et qu'une lumière éblouissante remplissait le temple auguste.
Cunon se prosterna avec ferveur devant la statue de Nicolas le thaumaturge et remercia son célèbre protecteur. Les chaînes aussitôt tombèrent d'elles-mêmes et le guerrier lorrain les suspendit à l'un des pilliers voisins de l'autel patronal. 


Il en reste un débris - assure-t-on - conservé dans une châsse gothique, et que l'on porte encore à la fameuse procession, bientôt sept fois séculaire, du Sire de Réchicourt à Saint-Nicolas de Port (...).

(extrait du livre "les grands jours de Saint-Nicolas").

01/12/2014

Temps de l'Avent.

advent1.jpgL'Avent est le temps qui précède la fête de Noël et y prépare. Il commence le dimanche le plus près de la fête de saint André (30 novembre) et comprend quatre dimanches, ce qui fait trois semaines entières et une quatrième au moins commencée.

1) L'Avent est ainsi appelé (du latin adventus, avènement, venue) parce qu'il représente la longue période de siècles pendant laquelle les patriarches et les prophètes ont soupiré après l'avènement du Sauveur promis, et parce qu'il nous prépare à célébrer dignement l'anniversaire de cet avènement.

2) Ce premier avènement du Sauveur n'est pas le seul que l'Eglise nous rappelle ; il y a aussi son avènement spirituel dans nos âmes par la grâce et la communion et son avènement glorieux à la fin du monde pour juger tous les hommes. Nous devons remercier le Sauveur de son premier avènement, le prier d'accomplir le second dans nos âmes et nous préparer au dernier par une vie de foi et de bonnes oeuvres.
Aux Vêpres des quatre dimanches de l'Avent, l'Eglise nous fait chanter l'hymne Creator alme siderium qui nous montre, en Notre Seigneur : le sauveur et le juge qui récompensera ceux qui auront profité de sa venue, et qui punira ceux qui l'auront rendue inutile.

3) Dans les offices de l'Avent, on sent l'absence de Jésus, le divin Médiateur, qui doit venir ; les collectes des quatre dimanches ne se terminent pas par la formule ordinaire : par Jésus-Christ Notre Seigneur; elles s'adressent au Père ou au Verbe éternel afin de leur demander de préparer nos âmes à la venue du Rédempteur.

4) Tous les chants : antiennes, psaumes, hymnes, sont remplis du souvenir de la chute de premier homme et du malheureux état où se trouvait l'humanité avant la venue du Sauveur.

30/11/2014

Venez, Divin Messie


 

R/ Venez, Divin Messie,
Nous rendre espoir et nous sauver !
Vous êtes notre vie :
Venez, venez, venez !

1 - O Fils de Dieu, ne tardez pas ;
Par votre Corps donnez la joie
images.jpegA notre monde en désarroi.
Redites-nous encore
De quel amour vous nous aimez ;
Tant d'hommes vous ignorent !
Venez, venez, venez !

R/ Venez, Divin Messie,
Nous rendre espoir et nous sauver !
Vous êtes notre vie :
Venez, venez, venez !

2 - A Bethléem, les cieux chantaient
Que le meilleur de vos bienfaits
C'était le don de votre Paix.
Le monde la dédaigne :
Partout les cœurs sont divisés !
Qu'arrive votre règne !
Venez, venez, venez !

santon.jpg

26/11/2014

Faux groupes légitimistes et faux profils Louis XX sur facebook

masques.pngNous publions un article sur cette multitude de groupes légitimistes complètement bidons et de faux profils Louis XX sur facebook (site de réseau social), tant il devient particulièrement désagréable de voir un nombre croissant de personnes crédules se laisser abuser par les manipulations perfides d'une poignée d'utilisateurs anonymes irresponsables peu scrupuleux en réalité de l'avenir de la cause légitimiste ; ainsi que par l'image négative que ces usurpateurs donnent du prince en tentant principalement de l'équiper des oripeaux du diable : drapeau B.B.R, marseillaise, démocratie, philosophie politique orléaniste, prises de positions contre-nature vis-à-vis de la famille, vis-à-vis du droit naturel et chrétien etc etc... pour ne citer que les principaux cas de figure récurrents et nuisibles à la tradition royale qui nous est si précieuse et qui est celle défendue par l'UCLF depuis sa fondation en 1979 par Monsieur Gérard Saclier de la Bâtie.   

Intéressons nous aux différents profils qui animent ces petites structures purement virtuelles, et essayons ensemble de comprendre les motivations réelles de ces personnalités diverses. Après une très rapide réflexion, il me semble que nous pouvons les distinguer en quatre grandes catégories :

1) Les courtisans
2) Les libéraux
3) Les perdus, les isolés
4) Les ennemis déguisés en légitimistes pour la circonstance

- Les courtisans, qui sont-ils ? Ce sont ceux qui ne se soucient pas où peu de la tradition politique qui fait la vraie France de Dieu et qui désigne aux Français leur Roi. Ils aiment se presser, se bousculer autour du prince lorsqu'il vient en France pour une commémoration, l'objectif est de poser sur la photo. Leurs discussions sont sans aucun intérêt pour la restauration Monarchique, jamais on ne les voit investir le champ de la politique et venir se heurter aux idéologies qui contestent le droit à notre Roi de reprendre la place qui lui revient au sein du Royaume. Bavardages stériles, propos inutiles et mondanités sont la caractéristique des courtisans.

- Les libéraux : A l'inverse des courtisans, les libéraux se placent dans le champ politique. Leur spécialité (celle que l'on retrouve dans toutes les sociétés de pensée) est de travestir les principes politiques intangibles de la légitimité, avec les symboles et les méthodes d'action révolutionnaire. Sur facebook, ces groupes "légitimistes" pensent qu'il suffit de soutenir le bon "prétendant" sans se soucier aucunement de philosophie politique. Ils croient possible de concilier les principes de la Monarchie Traditionnelle avec ceux de la démocratie. Or nous savons bien que la souveraineté est soit au roi, soit à l'assemblée maçonnique dite représentante du peuple. En ce sens et pour toutes les raisons ci-dessus évoquées, les légitimistes libéraux sont les ennemis du combattant contre-révolutionnaire.

- Les âmes perdus (les isolés) : A distinguer des autres groupes en raison qu'il s'agit ici d'individus où plutôt de proies potentielles que les autres groupes vont chercher à intoxiquer et à éloigner de l'essentiel, en les amenant à participer à des futilités où à des combats électoraux perdus d'avance.

- Les ennemis déguisés en légitimistes : Là nous soupçonnons en priorité ceux qui se cachent derrière les nombreux faux profils Louis XX, aucun légitimiste sérieux ne peut comprendre et admettre l'intérêt d'une telle entreprise, si ce n'est de s'afficher comme tel pour nuire à l'image de la monarchie française et ridiculiser l'image du prince en lui faisant dire n'importe quoi...    

stop.jpgVoilà pour ce très bref exposé dans le but de mettre en garde les légitimistes sincères contre toutes les impostures qui ne manquent pas de fleurir sans cesse sur facebook !
Contrairement à ce que beaucoup racontent sur facebook, le soutien au prince implique d'abord la reconnaissance des lois fondamentales du Royaume qui seules nous désignent l'héritier sans la moindre ambivalence, c'est la base à maîtriser qui va vous permettre de débusquer les nombreuses erreurs et de confondre les impostures.

Soutenir le prince sans le principe est non-sens qui ne peut conduire qu'au désordre et à l'impossibilité de distinguer les vrais concepts politiques de notre belle et glorieuse tradition Catholique et Royale Française.

Avant de rejoindre un groupe sur facebook :

1) Prenez au minimum le temps de vérifier l'association que celui-ci représente, son but, ses objectifs, sa motivation.

2) Vérifier s'il s'agit d'un groupe officiel ou non.

Reny_F

24/11/2014

ROYAUME DE FRANCE LA POLITIQUE, LA MONARCHIE ET LA REPUBLIQUE...ou POLITIQUE, J'ECRIS TON NOM !

drapeau-legitimiste.jpgDepuis la Grèce Antique la POLITIQUE a été la plus haute fonction que l'homme puisse exercer au sein de la société temporelle, pourvu qu'elle soit intelligemment et honnêtement menée.... Comme bien des sciences et des expériences.

Ce n'est pas le peuple, ce n'est pas la "République" qui ont éradiqué LA MONARCHIE, mais bien une "politique dévoyée" (déjà !) par de soi-disants philosophes malhonnêtes qui ont confondu philosophie et "pouvoir", parce qu'ils en avaient une soif éhontée et se sont plu à se croire les maîtres du monde !

Ma conviction qu'il faille restaurer la MONARCHIE LEGITIMISTE est née -comme celle de beaucoup de Français, aujourd'hui- à l'analyse des événements politiques qui nous ont conduits, en un peu plus de deux cents ans, à l'échec cuisant de la République.

Or, l'autre soir, j'écoutais pérorer nos chers (coûteux !) journalistes qui prônent la "médiocratie" à tout crin et se vautrent dans les "médiacrasseux" pour élaborer -encore et toujours- de débilitantes comparaisons entre l'attitude et la conduite "monarchiques" du "président" Hollande ! Tant de haine de la "monarchie" de la part des assassins responsables de l'asphyxie des Français est disproportionné face à l'analyse de la trahison du peuple par ses représentants au sein de l'Etat. Là encore, on détourne l'attention des individus de l'échec consommé de ce système pervers, perverti et décadent qu'est la "République"... Rappelons que c'est malgré 43,11 % d'abstentions que ce "gouvernement" prétend être la majorité représentative du peuple français !

Quand on entame une analyse, on reprend inévitablement le fil de l'Histoire là où il s'est rompu et il n'est pas inutile d'éclairer ce que "l'école de la République" a effectué durant ces deux siècles comme bourrage de crâne et de manipulations au désavantage des Français. Car, au fond, il n'y a pas plus de République et de démocratie, aujourd'hui, que de sanguinaires monarques assoiffés de peuple, hier !

Comme toujours, la "Révolution" fut l'oeuvre de quelques-uns mais qui, voyant changer en faveur de tous la politique en cours- ont saisi l'opportunité économique déficiente pour s'emparer du pouvoir à leur entier bénéfice. Nous en sommes au même point, aujourd'hui !

Or donc, Louis XVI préparant, en faveur de son peuple, des mesures sociales inédites, s'est fait nombre d'ennemis privilégiés ; parmi eux :

day017.jpg- LES PHILOSOPHES dits des "lumières" (Lucifer est aussi le prince de la lumière !!!). J'appelle l'attention de chacun sur les citations de ces derniers et leur prétendue pensée tellement "lumineuse" : 

VOLTAIRE : "Il est à propos que le peuple soit guidé et NON PAS QU'IL SOIT INSTRUIT". Il n'est PAS DIGNE DE L'ETRE".

Pour une fois, la République a tenu parole !!!!

ROUSSEAU : "Il n'a jamais existé de démocratie, IL N'EN EXISTERA JAMAIS".

Cela a, au moins, le mérite de la clarté (si ce n'est de la lumière !!!)

CABANIS : "La classe IGNORANTE n'exercera PLUS son influence ni sur la législation, ni sur le gouvernement".

Reconnaissance bien explicite que le peuple était écouté par un pouvoir soucieux du "bien commun" !

PARMI EUX encore (les ennemis de la monarchie) les "POLITIQUES" :

Lorsque Louis XVI arma La Fayette pour qu'il aille libérer les américains du joug anglais, ces derniers lui ont gardé une telle rancoeur qu'ils se sont "servis" des orléanistes pour faire chuter le bon roi qui parlait un peu trop de liberté et d'économie sociale. La suite est connue : Louis XVI a payé le prix de tous ceux qui -depuis toujours- ont essayé d'améliorer le sort des peuples et "dérangé" le confort d' "élites corrompues".

Au nom de la LIBERTE on a assassiné quelque deux millions de Français (sur une population, à l'époque de 20 millions d'individus ! Hitler et Staline n'ont pas fait mieux !) et aujourd'hui, les mêmes "élites corrompues" font le jeu d'un FUTUR GOUVERNEMENT MONDIALISTE dont l'idéologie DICTATORIALE ne fait aucun doute... et préservera leurs intérêts.

CE N'EST DONC QU'EN REVENANT A L'INTELLIGENCE DU "BON SENS" ET EN NOUS REFERANT AUX VALEURS PORTEES PAR UNE MONARCHIE FORTE DE 1200 ANS D'EXPERIENCE QUE NOUS JETTERONS UN PONT FRANCHISSANT LE GOUFFRE QUI SEPARE LA TRADITION DU PROGRES REEL.

Notre démarche ne s'attache pas à recycler le passé, mais bien à livrer un combat contre la CONFUSION DEMAGOGIQUE ET REPUBLICAINE qui naît d'une société tiraillée par TROIS FORCES OPPOSEES :

- le progrès COMMUN

- les intérêts PARTICULIERS

- et la culture de la DIVERSITE.

LA MEMOIRE MONARCHIQUE DU RESPECT REEL DES INDIVIDUS, respect sans lequel une société ne peut survivre : respect du couple, de la famille, de l'oeuvre accomplie et du devenir de l'Homme en tant que créature de Dieu, sous la houlette de son représentant en France, notre ROI LOUIS XX, est l'ESSENCE DE NOTRE MISSION : RESTAURER LA MONARCHIE LEGITIME, ELLE... et ELLE SEULE.

Sonja Gavrilovic.

CERCLE ROBERT DE BAUDRICOURT en LORRAINE