f1g2a3s4b5

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2014

Rosaire pour le Roy et le Royaume de France

Si vous aussi vous aimez prier le Rosaire, ou depuis trop longtemps coupé de nos racines chrétiennes, vous souhaitez simplement le (re)découvrir. Nous vous invitons à venir sur les hauteurs de la colline de Sion-Vaudémont, méditer avec nous samedi 8 novembre 2014, un Rosaire pour le Roy et le Royaume de France.

rosaire.jpg

Renseignements : ro.beaudricourt@sfr.fr

05/01/2013

Rappel : réunion du Cercle Robert de Baudricourt

La prochaine réunion de formation du Cercle Robert de Baudricourt se tiendra à 16h00 le samedi 12 janvier 2013, à Nancy (54 000).

 

 

baudricourt.gif


Renseignements et réservations au : 03 83 81 00 29 / 06 46 77 66 85

par courrier internet : ro.beaudricourt@sfr.fr

20/08/2012

Réunion du Cercle Robert de Baudricourt

La prochaine réunion de formation du Cercle Robert de Baudricourt se tiendra à 16h00 le samedi 08 septembre 2012, à Nancy (54 000).

 

 

Renseignements et réservations au : 03 83 81 00 29 / 06 46 77 66 85

par courrier internet : ro.beaudricourt@sfr.fr

08/11/2011

La naissance de Sainte Jeanne d'Arc célébrée l'an prochain à Domrémy sans les légitimistes !

basiliqueSuite à l'appel aux bénévoles lancé sur le site Eglise Catholiques des Vosges :

http://www.catholique-vosges.fr/spip.php?page=article-dom...

Président et secrétaire général du Cercle Robert de Baudricourt se sont rendus à la Basilique de Domrémy-la-pucelle (salle Saint-Michel) le lundi 07 novembre 2011, pour participer à la réunion de préparation dans le cadre de l'organisation des fêtes du 600ème anniversaire de la naissance de Sainte Jeanne d'Arc.

La réunion entamée, l'Abbé Lambert a demandé à Messieurs Reny et Miller dirigeants du Cercle, de présenter brièvement leur association légitimiste ainsi que leur motivation dans le cadre de ces journées de commémoration. Sur le premier point, nous avons rappelé tout d'abord la mission de Sainte Jeanne d'Arc mandatée par le ciel, qui consista essentiellement à conduire le dauphin à Reims pour qu'il prenne le Royaume de France en commande selon la volonté de « Messire ». Et que par conséquent l'objectif principal des légitimistes aujourd'hui, est de transmettre aux jeunes générations la tradition résultant de ce précieux héritage. Sur le deuxième point, dans le soucis d'apporter notre soutien et notre contribution bénévole à ces journées. Nous avons proposé à l'organisateur de cette réunion de disposer d'un stand visant à faire connaître le combat mené par la pucelle d'Orléans au service du trône et de l'autel, ainsi que notre amour pour l'histoire de France à travers les articles disponibles dans la boutique de notre Cercle.

En opposition à nos arguments, Monsieur l'Abbé nous a rappelé l'histoire de France contée par Michelet...! L'aspect strictement religieux et spirituel de ces fêtes a été avancé, oubliant pour le coup un peu vite qu'ateliers et conférences (conférences d'ailleurs dont nous pouvons déjà nous interroger sur l'orientation historique du contenu) sont déjà prévus au programme...

blasonIl nous est apparu que la partie était déjà jouée avant notre arrivée, l'assistance visiblement hostile et préparée s'est « démocratiquement » prononcée contre notre participation. Vous êtes nombreux sur nos pages à nous soutenir, n'hésitez pas transmettre votre avis via le site internet dédié à cette manifestation. Merci d'avance pour votre soutien.

 

Reny_F

16/08/2011

Le Cercle Robert de Baudricourt fait sa rentrée

La prochaine réunion du Cercle Robert de Baudricourt se tiendra à 16h00 le samedi 10 septembre 2011, à Pont à Mousson (54 700).

 

 

 

Renseignements et réservations au : 03 83 81 00 29 / 06  46 77 66 85

par courrier internet : ro.beaudricourt@sfr.fr 

 

22/07/2011

Une "Saine colère".

Le Christ chasse les marchands du templeSi nous sommes encore hélas bien loin d'entreprendre une croisade politique sérieuse, en raison du fait des compromissions d'un nombre important de Français qui refusent la royauté légitime et préfèrent se corrompre avec les idéologies révolutionnaires (nationalisme - libéralisme - socialisme - bonapartisme - orléanisme - républicanisme !!). Notre devoir, à nous Légitimistes, est de toucher les consciences et de faire, à notre échelle ce que nous pouvons pour le triomphe de la Tradition et de la vérité politique Française.

Ce qui m'amène à vous parler dans cette nouvelle note de ce spectacle injurieux, intitulé "Golgota Pic Nic", prévu à l'affiche dans un Théâtre Parisien pour la fin de cette année.

Loin de pratiquer la stratégie de la "rage de dents", en raison qu'elle a échoué lorsque les catholiques étaient majoritaires, que celle-ci fixe l'attention sur un sacrilège, nous accoutume à tous les autres et épuise les derniers combattants. Le militant légitimiste afin d'utiliser son intelligence à bon escient, trouvera toujours plus judicieux de s'attaquer à la cause de ce qui cherche à nuire à notre Religion, plutôt que de concentrer toute son énergie à lutter contre UN seul des innombrables méfaits de la république...!

Voici donc le moment opportun de faire ici un bref rappel historique, concernant directement le sujet qui nous préoccupe.

Ce n'est qu'à partir de la Révolution française que Dieu et la notion de blasphème contre Lui a été évacué du droit. Les événements qui survinrent en 1789 en France représentent le passage, par l’effet d’une fracture violente et radicale, entre un monde fondé sur des valeurs sacrées, et un autre livré et dominé par des puissances occultes auxquelles nous restons à présent prisonniers et asservis. La Révolution, maçonnique dans son essence, est une révolte contre l’ordre naturel et surnaturel établi par Dieu.

En 1789, les articles 10 et 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, supprimèrent la notion de blasphème du droit français. Mais celle-ci fut heureusement rétablie sous la Restauration de 1815, pour éviter que puisse se reproduire les actes assassins commis pendant la période de la Terreur. Une loi sur le sacrilège fut donc étudiée et envisagée, puis enfin appliquée en janvier 1825.

Sans grande surprise la loi interdisant le blasphème est à nouveau abrogée dans les années 1830, au moment même de l'usurpation du trône par Louis Philippe d'Orléans... Puis enfin sera supprimée définitivement du droit français par la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse.

Voilà d'où viennent donc ces innombrables blasphèmes, fruits de la société actuelle "super évoluée" ou la notion des droits de Dieu a complètement été effacé, pour qu'une pièce de théâtre puisse cracher son venin contre la Religion Catholique en toute impunité. Alors que pendant des siècles dans la France Catholique et Royale le blasphème était sévèrement puni par les tribunaux.

Pour supprimer les innombrables méfaits de ce système pervers et sans valeurs, dans l'ordre politique, il serait plus utile de commencer par apprendre et à faire connaître la monarchie légitime. A la suite de quoi un jour, la mise en pratique d'activités purement "chouannes" apparaîtra comme une nécessité à une minorité suffisante de Français pour renverser la table, et rétablir le vrai droit Royal... Un Catholique n'a pas d'autres choix que de l'entrevoir...

D'ailleurs Notre-Seigneur s'est aussi irrité et a brandi le fouet dans le Temple pour chasser les marchands qui insultaient Dieu par leurs trafics. Par là, Il nous a montré qu'il existe une "saine colère" !

 

Reny_ F

07/06/2011

Rappel : Réunion du Cercle Robert de Baudricourt

La prochaine réunion du Cercle Robert de Baudricourt se tiendra à 16h00 le samedi 11 juin 2011, à Pont à Mousson (54 700).

 

 

 

Renseignements et réservations au : 03 83 81 00 29 / 06  46 77 66 85

par courrier internet : ro.beaudricourt@sfr.fr 

20/05/2011

Réunion du Cercle Robert de Baudricourt

La prochaine réunion du Cercle Robert de Baudricourt se tiendra à 16h00 le samedi 11 juin 2011, à Pont à Mousson (54 700).

 

 

 

Renseignements et réservations au : 03 83 81 00 29 / 06  46 77 66 85

par courrier internet : ro.beaudricourt@sfr.fr 

17/04/2011

Rappel : Réunion du Cercle Robert de Baudricourt

La prochaine réunion du Cercle Robert de Baudricourt se tiendra à 16h00 le samedi 23 avril 2011, à Pont à Mousson (54 700).

 

 

 

Renseignements et réservations au : 03 83 81 00 29 / 06  46 77 66 85

par courrier internet : ro.beaudricourt@sfr.fr 

14/01/2011

Sortons de la matrice européenne !

euro.jpgLa polémique au sujet de l’agenda édité par la Commission européenne à destination des élèves de l’Union européenne bat son plein en Occident. « Tout le monde en parle », comme le titre d’une célèbre émission... Diffusé à plus de 3 millions d’exemplaires, cet agenda mentionne les fêtes musulmanes, hindoues, sikhs, juives, etc. à l’exception des fêtes chrétiennes bien évidemment... Pour nous qui sommes dans la lumière, il est particulièrement difficile de nous étonner de cette nouvelle violence mondialiste faite à l’égard de notre religion.

Le reste de la France et de l’Europe semble découvrir la nouvelle avec stupéfaction, indignation, horreur et inquiétude. On hurle au scandale, voilà donc une bonne occasion pour nos républicains « conservateurs » de se manifester et de monter au « front ». Alors que le reste du temps ils ne font que pactiser avec ceux qu’ils prétendent aujourd’hui combattre... Voilà venu le temps des « déclarations médiatiques »,  « des pétitions », et de la stratégie de la « récupération politique ». Les Français (pensant toujours bien faire) se laissent piéger et s’associent immédiatement sans se poser plus de questions avec les collaborateurs des agents de notre propre disparition (Méditez bien cette dernière phrase, elle est importante !).

Nous pouvons d’ores et déjà le prédire, sans prendre trop de risques. Tout cela finira comme d’habitude par un marchandage démocratique honteux, dans lequel sera sacrifié une fois encore, une partie non négligeable de notre identité au profit de celle des autres. A croire que le système tape plus fort dès le départ, pour accorder ensuite aux « démocrates contestataires » quelques miettes dont ces derniers ne manqueront pas de se satisfaire (sic) !

Impossible dans ce cadre démocratique de viser la restauration de l’ordre social chrétien. Il manque à ceux qui veulent vraiment faire quelque chose pour la France cette lumière surnaturelle et spécifique qu’est le véritable esprit du catholicisme. Cette cécité intellectuelle étant le péché de tous les naturalistes, châtiment de l’orgueil. On ne peut admirer profondément l’Eglise Catholique, lutter contre ses ennemis avec efficacité, sans savoir que cet ordre Chrétien est l’effet d’une action surnaturelle.

Voilà la raison profonde des échecs répétés par ceux qui veulent défendre une certaine idée de la France, de ceux qui veulent utiliser la religion comme un « simple accessoire » de notre identité.  Accessoire que l’on pourrait brandir quand ça nous plaît ou simplement quand le besoin s’en fait sentir - le reste du temps se laissant aller à des choses secondaires, matérielles et superficielles. Cette attitude contraire vient de leur fausse vision du réel, essentiellement parce qu’ils oublient que la France est avant tout une création de Dieu, et que la république (le contraire de la France) ne peut être combattue qu’avec une authentique Contre-Révolution visant à restaurer l’ordre social chrétien.


Ainsi les « catholiques républicains » (contresens et mariage impossible) se dépensent donc inutilement à répondre à nos ennemis sur leur propre terrain. Folies dont les conséquences sont fatales ! Que d’efforts, que de sacrifices, pour récolter une série renouvelée d’échecs de plus en plus graves. Il faut bien le dire, car c’est d'un constat qu'il s'agit, les Français ont perdu ledlr.jpg sens du vrai combat contre-révolutionnaire, parce qu’ils n’ont plus le sens du surnaturel. Ils ne savent plus que s’il faut combattre, certes, c’est cependant « Dieu qui donne la victoire » ! Le retour au réel, et le vrai combat pour la France passe obligatoirement par une pratique plus rigoureuse et traditionnelle de notre religion, doublée d’un attachement sans équivoque à la légitimité naturelle.

 

      Reny.F

04/01/2011

Adhésion du Cercle Robert de Baudricourt à l’UCLF.

Suite à l'article paru dans le numéro 125 de la gazette Royale, nous avons l'honneur de vous annoncer que le Cercle Robert de Baudricourt adhère officiellement à l'Union des Cercles Légitimistes de France. Cet agrément a été validé par Monsieur Pierre Bodin à l'occasion de la réunion annuelle des présidents des Cercles de l'UCLF qui s'est tenue le samedi 13 novembre 2010 dans les locaux de la DRAC à Paris.

Réunion UCLF2.JPG

Monsieur le Duc de Bauffremont et Monsieur le Prince Charles-Emmanuel de Bauffremont président de l'IMB, avaient bien voulu répondre favorablement à l'invitation que leur avait faite le Président de l'UCLF.

Réunion UCLF1.JPG

Réunion UCLF.JPG

Le président du Cercle Robert de Baudricourt, Monsieur Reny a fait part à l'occasion de cette journée des activités développées par la nouvelle structure légitimiste présente en lorraine et désormais adhérente à l'UCLF : formation à la pensée légitimiste, éveil des plus jeunes aux principes de la Monarchie Traditionnelle Française, gestion d'un site internet particulièrement actif.

fleur-de-lys_500.jpg

29/12/2010

Monseigneur Freppel

Charles-Émile Freppel est né le 1er juin 1827, à Obernai, où il reçoit sa première éducation. Son père est un grand admirateur de Napoléon Ier ; sa mère, une fervente royaliste légitimiste. (…) Mgr_Freppel_3.jpg

Le 30 octobre 1844, il entre au grand séminaire de Strasbourg. Le 17 juin 1848, il reçoit le sous-diaconat. Pour le mettre à l’épreuve, son évêque le nomme professeur d’histoire au petit séminaire de Strasbourg. (…)

« Jusqu’à mon dernier soupir, je serai républicain, disait alors le jeune abbé Freppel à Monsieur Reich, professeur de philosophie.

– Quand vous aurez quelques années de plus, lui répliqua celui-ci, vous parlerez autrement. »

Et de fait ! il est passé d’un enthousiasme irréfléchi pour la république de 1848 à un amour profond et raisonné pour la monarchie sacrale et absolue de la tradition catholique et française, alors personnifiée par le comte de Chambord. Pour y parvenir, il lui fallut s’arracher à la secte des “ libéraux catholiques ” afin de demeurer “ catholique sans épithète ”, comme il disait.

POLITIQUE CONTRE-RÉVOLUTIONNAIRE D’ABORD

DIEU ET LE ROI

« Malgré mon peu de goût pour la politique, écrit Mgr Freppel, je dois reconnaître pourtant qu'en ce moment-ci la question politique prime tout et qu'il faut absolument la résoudre, si nous ne voulons pas tomber dans le plus affreux gâchis. »

Armoiries-Mgr-Freppel.jpgCette " question politique " se résout en un principe clair : « La France est perdue à moins de répudier solennellement toute alliance avec la Révolution. » Il faut donc rétablir la monarchie : « Un seul homme pourrait nous sauver, c'est le comte de Chambord ; or, c'est précisément celui dont on veut le moins, parce que son nom signifie fin de la Révolution et retour à l'Église. C'est quand les hommes sont à bout de ressources que Dieu se plaît à manifester sa puissance. Espérons et prions. »

Mgr Freppel attend tout de Dieu, et c'est ce qui lui donne le courage d'agir. Il fonde un journal, l'Étoile, avec son ami et compatriote Charles Muller (Photo en bas à droite de l'article). Le premier éditorial déclare : « Nous sommes catholiques et légitimistes. C'est l'attachement de nos pères à leur religion et à leurs rois qui a fait l'unité française et qui a fait la grandeur de la France. C'est par l'oubli de ses vraies traditions que la France est tombée où nous la voyons. Elle ne peut se relever qu'en revenant à la foi chrétienne. » (…)

« Pour en arriver là, que faut-il ? Il faut que tous ceux, et ils sont nombreux encore, qui partagent nos convictions, fassent leur devoir. Il faut qu'ils comprennent que le moment est venu d'affirmer hautement leurs principes. Il faut qu'ils répudient énergiquement la politique de compromis et d'expédients où l'on s'efforce de les engager. Il faut qu'ils se mettent à la tête du parti de l'ordre au lieu de se tenir modestement à sa queue. Il faut qu'ils donnent au pays l'exemple de la confiance dans leurs doctrines.

« Les peuples vont du côté où ils sentent la vie, où ils sentent le courage et l'espCHARLES_MULLER.jpgoir. Voulons-nous que la France se rallie à notre drapeau, commençons par ne pas craindre de le porter haut. »

Précisément ! « Notre drapeau, c'est le drapeau blanc. On a reproché à M. le comte de Chambord de n'avoir pas voulu le répudier. Et pourquoi donc l'aurait-il répudié ? Avait-il le droit de le répudier ? Le drapeau blanc nous rappelle la France affranchie de l'étranger par Jeanne d'Arc, la France affranchie et sauvée une seconde fois de l'invasion ennemie par les Bourbons. »

23/12/2010

Réunion du Cercle Robert de Baudricourt

Réunion du samedi 15 Janvier 2011, à Pont à Mousson (54 700).

 

 

 

Renseignements : 03-83-81-00-29
ou 06-46-77-66-85

04/11/2010

Réunion du Cercle Robert de Baudricourt

Réunion du samedi 20 Novembre 2010.

 

 

Première partie : Lancement de "La Ligue Légitimiste de Lorraine"

(Bulletin d'information contre-révolutionnaire.)

Deuxième partie : Etude Légitimiste

(Argumentaire de base en faveur de la Monarchie Traditionnelle.)

 

Renseignements : 03-83-81-00-29
ou 06-46-77-66-85 

08/10/2010

La garde Légitimiste

stl.JPG

 

Le Roy est là avec nous irréductibles Français, incarnant à lui seul la souveraineté du pays réel, l'espoir de la liberté et de la délivrance du Royaume.

 Dans la continuité de Sainte Jehanne d'Arc, nous autres soldats, fantassins et chevaliers sommes autour de lui pour le protéger et le guider toujours dans l'intérêt de la Tradition de nos pères. Nous faisons bloc avec lui, équipés du bouclier de la Foi Catholique et de la redoutable doctrine légitimiste. Car de lui seul dépend l'unité du royaume et la perpétuité du sublime héritage laissé par Saint-Louis. Sur notre droite et sur notre gauche approchent des meutes de chiens et de monstres incontrôlables, tous veulent mordre, tous veulent discuter le pouvoir au Roy, tous veulent s'approprier une partie de la couronne, certains cherchent même à la faire disparaître pour toujours...

 Mais la garde légitimiste est là, fidèle et dévouée, elle veille sur le Fils aîné de l'Eglise Catholique. Elle tient ! Continue inlassablement d'escorter le Lieu-tenant de Dieu sur terre avec prudence, patience et sagesse pour qu'il puisse poursuivre sa longue route qui le conduira à Reims. Ce chemin est si dur, pénible et laborieux, semé d'embûches, il en est ainsi maintenant depuis plus de deux cents ans. Si le gardien meurt, le combat se poursuit sans cesse avec une nouvelle génération de preux chevaliers, un nouveau Roy incarnant toujours le même principe de la France éternelle.

 Plus l'on s'approchera du but ultime, plus les chiens seront dangereux et les ennemis de la couronne difficiles à identifier... Le peuple Français privé de son histoire, de ses racines et de ses traditions ne comprend plus, ne comprend pas le sens du combat qui est pourtant celui de son existence même. Il est assommé par ses nouveaux maîtres manipulateurs, détourné de sa vocation divine et de sa mission dans le monde.

De temps à autre une belle âme touchée par la grâce de Dieu s'éveille enfin, parvient à franchir le barrage des chiens enragés, pour rejoindre et renforcer le socle de l'inépuisable garde légitimiste.

27/09/2010

Tee Shirt Légitimiste

Nouvel Article disponible dans la boutique du Cercle.

 

Tee Shirt Légitimiste

Tee shirt Légitimiste Verso.JPG

  Verso

 

Tee shirt Légitimiste recto.JPG

 Recto

 

Prix : 8 Euros l'unité. (Toutes tailles)

Fabrication artisanale 

 

Pour passer vos commandes :

- par téléphone / 03-83-81-00-29 où 06-46-77-66-85

- par internet / ro.beaudricourt@sfr.fr

23/09/2010

Réunion du Cercle Robert de Baudricourt

Réunion du Samedi 23 octobre 2010

 

baudricourt.gif
..
..
Première partie : Littérature Contre-révolutionnaire
..
- Extrait des considérations sur la France
 
(Les prétendus dangers d'une contre-révolution catholique)
.
 .
Deuxième partie : Etude Légitimiste
.
- Du gouvernement représentatif
.
(par Louis de Bonald)

 

.
.
Renseignements : 03-83-81-00-29
ou 06-46-77-66-85 
.
.
.
.

18/09/2010

Cantate à l’Etendard


 

Etendard de la délivrance,  
A la victoire il mena nos aïeux,
A leurs enfants il prêche l’Espérance,
Fils de ces preux, chantons comme eux,
Fils de ces preux, chantons comme eux,
Chantons comme eux,
Vive Jeanne, Vive la France !

1. Sonnez Fanfares triomphales,
Tonnez canons, battez tambours !
Et vous, cloches des cathédrales,
Ebranlez-vous comme au grand jour !
En ce moment la France tout entière
Est debout avec ses enfants
Pour saluer, comme nous, la bannière
De la Pucelle d’Orléans !

2. Salut à la blanche bannière
Salut, salut aux noms bénis
Du Christ et de Sa Sainte Mère
Inscrit par Jehanne dans ses plis
Par eux, jadis, elle sauva la France
Aimons-les donc comme autrefois
Et de nouveau consacrons l’alliance
De notre épée avec la Croix !

3. Quels noms fameux tu nous rappelles,
Drapeau sacré, toujours vainqueur !
Patay, Beaugency, les Tourelles,
Et Reims où tu fus à l’honneur !
A ton aspect, que la France reprenne
Sa vieille foi et sa vieille ardeur,
En t’acclamant que ton peuple devienne,
Plus généreux, plus rédempteur !

4. Planant au-dessus de nos têtes,
Les grands français de tous les temps
Réclament leur part de nos fêtes
En s’unissant à leurs enfants !
Les anciens francs, les preux du Moyen Age,
Et les braves des temps nouveaux
A Jeanne d’Arc rendent le même hommage,
Et lui présentent leurs drapeaux !

15/08/2010

MONARCHIE INFO


25 & 26 septembre 2010

98ème PÈLERINAGE LÉGITIMISTE À SAINTE-ANNE D'AURAY EN BRETAGNE
 
 
pel.jpg
 
Samedi 25 septembre
Marche du pèlerinage
14h00
Regroupement des pèlerins au parking de la Garenne à Vannes
14h15
Départ de la marche vers Sainte-Anne-d'Auray
ou Visite guidée : La bataille de Quiberon
14h15
Rassemblement des autres pèlerins devant la basilique, près de la Scala Santa pour les visites : Musée de la Chouannerie - Fort de Penthièvre - Chapelle Sainte-Barbe
19h30
Près du monument du Comte de Chambord à Sainte-Anne-d'Auray : Galettes-saucisses, ... Veillée
Dimanche 26 septembre
10h00
Messe, au Champ des Martyrs, à Brec'h - Renouvellement de la consécration de l'UCLF au Sacré-Coeur
12h00
Dépôt de gerbes au monument du Comte de Chambord à Sainte-Anne-d'Auray - Allocution du président de l'Union des Cercles Légitimistes de France
12h30
Repas - Au choix : restaurant La Croix Blanche ou pique-nique
15h00
Conférence : "Le Morbihan et la duchesse de Berry", par le professeur Charles-Antoine Cardot - Nombreux stands
17h30
Clôture

monument-du-comte-de-chambord-sainte-anne-dauray.jpg

 
 
Renseignements et inscriptions auprès de :

Fédération Bretonne Légitimiste
B.P. 10307 35703 Rennes cedex 7
Tél. : 09 71 31 10 40 - Courriel :
fed.bretonnelegitimiste@orange.fr

Cercle Georges Cadoudal
Tél. 02 97 45 46 80 - Courriel : cercle.cadoudal@yahoo.fr

 
 
Télécharger le Bulletin d'inscription

 

20/05/2010

LEGITIMISTES GARDEZ-VOUS A GAUCHE / LEGITIMISTES GARDEZ-VOUS A DROITE

baudricourt.gif

De nos jours, la classification politique se fait immanquablement sur une échelle allant de l'extrême droite à l'extrême gauche. Chacun cherche à se repérer sur cette échelle ou y est commis d'office par ses adversaires en fonction des valeurs qu'il défend.

 

Né de la Révolution, le système Droite-Gauche est lui-même révolutionnaire car en perpétuelle évolution. La Droite nationale, considéré comme le parti le plus représentatif de l'extrême droite ou de la "droite traditionnelle" actuelle, aurait été considéré de gauche, voire, d'extrême gauche (parti démocrate ou pseudo-démocrate, parti ne contestant pas la séparation de l'Eglise et de l'Etat...) par les ultra-royalistes de 1815, eux-mêmes considérés à leur époque comme les représentants de la droite extrême.

 

Entrer dans le jeu Droite-Gauche conduit inévitablement ceux qui se décident à franchir le pas à s'identifier à une droite en constante évolution et par conséquent à devenir, le plus souvent à leur corps défendant, révolutionnaires.

 

Les défenseurs d'une doctrine légitimiste intégrale sont les seuls aujourd'hui à pouvoir s'honorer de n'être ni de droite, ni de gauche. Les seuls, donc, à pouvoir se dire contre-révolutionnaires. Les légitimistes sont en effet les dépositaires de l'unique doctrine politique antérieure à 1789 opposée par nature à la Révolution, de l'unique doctrine politique non entachée des idéologies nouvelles issues du mouvement révolutionnaire (libéralisme, socialisme, nationalisme).

L'idéal que nous poursuivons, à savoir l'édification de la Cité de Dieu, est le plus grand, le plus noble. Ainsi, faire triompher la légitimité implique l'anéantissement des efforts révolutionnaires visant à détruire cette Cité. Participer à la victoire d'un parti de droite ne conduirait, au mieux, qu'à ralentir le processus révolutionnaire.

 

Or, que constatons-nous : notre doctrine, aussi merveilleuse soit-elle, n'a cessé, depuis deux siècles, de voir le nombre de ses défenseurs décroître. La responsabilité en revient à nos aïeux qui se sont laissés tenter par des unions irréfléchies avec des partis politiques "conservateurs" (nos contemporains agissent de même). Délaissant temporairement (tout au moins le croyaient-ils) la doctrine légitimiste pour s'allier à des individus supposés idéologiquement proches, ce afin de lutter contre une "gauche" conquérante, ils ont en fait définitivement abandonné leur cause première. Leur énergie a été dépensée au cours de combats conjoncturels. Jetant toutes leurs forces dans des partis ou mouvements plus ou moins éphémères, ils en ont épousé les idées ou les ont  abandonnés vidés, sans plus aucun désir de se battre de nouveau. En bref, ils se sont laissés entraîner dans les rouages de la Révolution dont le mécanisme les broie.

 

Les vrais révolutionnaires se moquent bien de savoir si les catholiques appartiennent à la droite ou à la gauche. Une seule chose leur importe : que l'on entre dans ces partis, parce qu'ils y sont eux-mêmes et que par leur intermédiaire ils pervertissent nos idées, propagent les leurs, nous font perdre de vue les plans que nous avons sur la Cité de Dieu.

 

 

*

 

Existe-t-il une bonne droite ?

 

Les légitimistes, et de façon plus générale les traditionalistes, estiment en effet pour la plupart qu'il existe une droite bonne, celle tant décriée par les ennemis de l'Eglise que sont les francs-maçons et les marxistes. Obnubilés par le danger, réel, que représentent ces derniers, ils se sentent dans l'obligation de soutenir puis d'adhérer à tout mouvement s'y opposant. Cette droite est composée aujourd'hui de multiples groupuscules aux positions diverses et d'un gros noyau, la Droite nationale, qui a essayé de créer un consensus dans ce monde complexe. Les hommes qui composent ces mouvements ont eux aussi des origines fort diverses. Les catholiques présents y côtoient des individus plus que douteux, notamment les hommes de la Nouvelle Droite.

 

De tous ces facteurs résulte l'illusion d'un combat commun. Les catholiques oublient une chose : les ennemis de nos ennemis ne sont pas forcément nos amis. Si les grécistes sont en apparence opposés aux maçons, ils n'en sont que les frères ennemis. Les buts de ces hommes sont identiques (détruire la Cité de Dieu), seuls les moyens d'atteindre ce but diffèrent.

 

 

La droite à l'assaut des catholiques

 

L'Union des Cercles Légitimistes de France s'est toujours efforcée de mettre en garde les catholiques contre ces partis politiques républicains. Si quelques personnes de bonne foi se laissent facilement convaincre devant l'abondance de ces preuves, d'autres, bien que frappées par nos arguments, continuent leur combat dans les mouvements de droite. Elles ne veulent pas voir la réalité en face, cela les obligerait à modifier trop de choses dans leur vie. Afin de se rassurer, elles trouvent de bons prétextes pour continuer comme avant. Combien de fois avons-nous entendu dire : "il faut que tous les tradis investissent la Droite nationale pour que nous y ayons plus de poids..."

 

Illusions! Illusions! Les diverses tendances de ces partis évoquées n'évoluent pas chacune de leur côté, elles évoluent ensemble... 

 

 

12/05/2010

DES HOMMES DE DEVOIR.

conde.jpg
(Uniforme de la Cavalerie noble. Les chevaliers de la couronne portent presque le même uniforme mais avec un casque).*
*
*
Afin de ne pas avoir à agir, ou par simple méconnaissance de l'objet de notre combat, des catholiques, déniant notre invitation à rejoindre la légitimité, invoquent parfois pour justifier leur position de curieux arguments dont l'un d'eux pourrait se résumer ainsi : "l'important est aujourd'hui de convertir son prochain. La politique est secondaire et vous feriez mieux de vaquer à des occupations plus impérieuses !". L'objection se veut catégorique, sans appel. Elle repose cependant sur de graves illusions que le Chanoine Vigué dissipe en quelques lignes :
*

"Tant que le Christ ne règne pas sur les sociétés, son influence sur les individus eux-mêmes demeure superficielle et précaire. S'il est vrai que l'œuvre de l'apostolat se ramène, en définitive, à des conversions individuelles et que ce ne sont pas les nations qui vont au ciel, mais les âmes, une par une, il ne faut cependant pas oublier que l'individu vit profondément engagé dans une organisation sociale qui perpétuellement influe sur lui. Chrétienne elle le rend chrétien : non chrétienne, elle empêche de croire, ou s'il est croyant elle tend à ruiner sa foi".

 

**

 

Le sens de l'engagement des chrétiens dans la vie de la cité relève ainsi d'un acte de charité supérieur dont le but est le salut du plus grand nombre. Il est vraiment regrettable que les catholiques aient perdu ce sens du devoir qui est le leur, de tout faire pour restaurer une société chrétienne, d'œuvrer à redonner à la France les assises d'une constitution qui, à défaut d'être parfaite, serait la plus à même d'accomplir la fin assignée à toute société par le Magistère de l'Eglise, à savoir : la reconnaissance du Christ, Roi des Cités. A leur décharge, alléguons le fait que la vision du fonctionnement du système démocratique les a, peu à peu, conduits à amalgamer toute action politique à la corruption, aux querelles et divisions immanquablement suscitées par ce système essentiellement pervers. Détourné de sa véritable signification, le terme "politique" a revêtu pour nombre d'entre eux un caractère péjoratif difficilement délébile.

 

 

 

AR143TQCAEW60QZCANJHHB1CAXX49CRCA60CVD6CAEUA1HACAFZGQ4WCAEYFE6LCAMGZROWCA1Q8O95CANF4F5TCAZTR6V8CAF6ZXEZCAV3DAX5CASN5P37CAMM8M1TCA3WGFSYCAII1AMNCALM7A74.jpg

 **

 

C'est en partie aux légitimistes qu'il incombe aujourd'hui de rappeler aux catholiques la tâche à laquelle l'Eglise leur a toujours demandé de s'atteler, de leur signifier qu'il ne sert à rien de vouloir restaurer une société chrétienne si personne ne cherche les modalités politiques nécessaires à cette restauration.

Il revient surtout aux légitimistes de démontrer au plus grand nombre l'incomparable richesse de notre doctrine politique, la seule qui ait, forte de plusieurs siècles d'expérience, réussi à instaurer dans la continuité une société véritablement chrétienne en France.

*

*

Il convient donc que chacun d'entre nous, en fonction des moyens et du temps dont il dispose, travaille au mieux aux intérêts de notre cause. Il s'agit là d'une œuvre primordiale qui nécessite des efforts, de l'abnégation et de la ténacité. Nul dans ce combat n'a le droit de se cacher derrière le labeur des autres, de se contenter d'applaudir, d'encourager, sans lui-même se mettre à l'ouvrage, tant il est peu probable qu'à la fin de sa vie, cette "politique par procuration" pourra être mise à son crédit. Jamais, un légitimiste, un catholique, n'a le droit de céder au découragement, de renoncer aux obligations qu'il a envers la société. Plus que tout autre, il doit constamment essayer d'être un homme de devoir car dans ce combat, ce n'est pas son honneur qui est en jeu, mais celui de Notre Seigneur.

 

19/02/2010

AGENDA UCLF

XXème Université Saint-Louis
Lundi 19 au dimanche 25 juillet 2010, en Anjou :

prieure1.jpg


(en partenariat avec l’IMB)

« La Monarchie à travers les siècles : Une solution pour demain ? »

Ière Partie (plus spécialement destinée aux jeunes) :
du 19 au 23 juillet, au lieu-dit Le Prieuré à Avrillé, près d’Angers
prieure2.jpg


IIème Partie :
du 23 au 25 juillet, au Centre d’Accueil International du Lac de Maine à Angers

Conditions et programme détaillés très prochainement sur le site officiel de l'UCLF :

17/01/2010

La vie des cercles de L’UCLF

Article paru dans le numéro 121 de la gazette royale :

 

baudricourt.gif

Le Cercle Robert de Beaudricourt a demandé son agrément à l’UCLF.

 

 

Voir aussi sur le site officiel de l’UCLF en cliquant ici :

 

http://www.uclf.org/page44.html

 

Puis dans les liens de Vive Le Roy :

 

http://www.viveleroy.fr/article25.html

22/12/2009

La Gazette Royale

rotative.gif
La Gazette Royale, n° 121, est parue

Au sommaire du numéro 121 :

La vertu d'espérance
Le dilemne de Charles Maurras : nationaliste ou royaliste ?
Communiqué du secrétariat de Mgr le duc d'Anjou
Messes pour la France et le Roi
Nouvelles de Rome
97ème Pèlerinage légitimiste à Ste-Anne-d'Auray
Méditation
- Le sermon du Père Jean-Marie
Le mariage du prince Henri d'Orléans
- "La Religion et la révolution"
Vous avez dit "Identité nationale"
Le courrier des lecteurs
La vie des Cercles
Revue de presse
Citations
Carnet du jour
Pourquoi a-t-on voulu la mort des corporations ? (suite)

Vous abonner

19/12/2009

Conférence : « La fuite à Varennes »

louis_xvi.jpg

217ème anniversaire du martyre du

 

Roy Louis XVI

 

Samedi 16 janvier 2010, à 14h00,

au Domaine de l'Asnée à Villers-les-Nancy (54601)

 

 

Le Cercle légitimiste Robert de Baudricourt, en partenariat avec PSB Lorraine,

a l’honneur de vous inviter à la conférence de Monsieur Georges ROBERT :

 

« La fuite à Varennes »

 

La conférence sera suivie d'une « galette »

 

delv.jpg

 

 

Pour tout renseignement merci de prendre contact avec Monsieur Reny

Tél. : 03 83 81 00 29 / 06 46 77 66 85

 

 

Réservation avant le vendredi 08 janvier 2010.

Frais d’inscription : 8 Euros par personne.

07/10/2009

Mouvement Légitimiste

2217934523_small_1.jpg

Le mouvement légitimiste est, dans son essence, le plus ancien courant politique de notre pays puisqu’il remonte à Clovis. Il défend cette monarchie qui ― durant treize siècle ― a construit la France dans l’amour réciproque des peuples et de leur roi. La pensée légitimiste est la seule authentiquement traditionnelle car elle n’emprunte rien aux idéologies, toutes issues de la Révolution.

03/10/2009

REUNION LEGITIMISTE 07/10/2009

Francatho et Christ_001.jpg
REUNION LEGITIMISTE DU 07/10/2009
1) Actualité politique et religieuse :
- Décalogue et oecuménisme
2) Etude Légitimiste :
Les lois fondamentales du Royaume de France.

03/09/2009

la manière de combattre

arton20-12de8.jpgAllégorie sur la bataille

De la manière de combattre

S’il est essentiel de bien identifier l’enjeu du combat, il ne faut pas pour autant négliger la manière de combattre. Combien sont tombés, ont trahi ou déserté pour l’avoir oublié.


Regardez ce qui demeure du glorieux royaume de France en mille ans d’histoire savamment bâti. De ses provinces écartelées ses princes ont été bannis. Celui qu’il servait, du haut de sa Croix, contemple en pleurs les ruines d’un pays dont un jour Il fut Roi.

Durant deux siècles, la bataille a fait rage. Nos glorieux ancêtres, les premiers au combat, Chouans, Vendéens dans un même élan de foi, défendirent le trône et l’autel, au prix de leur vie parfois.

Bien d’autres depuis, soldats d’une guerre sans cesse à mener, ont repris le flambeau des illustres précurseurs Ne sont plus de mise, fourches, faux et vieux fusils, remplacés par la plume, l’étude et le verbe. Si les armes ont changé l’idéal est le même. La grande armée de naguère, hélas, n’est plus là pour lutter.

Au fil du temps, des combattants ont déserté. Les uns, découragés, ont déposé les armes. D’autres, sans scrupules, ont rejoint l’ennemi. Nombre de batailles ont été perdues non en un jour mais en plusieurs décennies. Combien de valeureux guerriers, peu avertis, n’ont transmis à leurs enfants qu’une doctrine ternie. On raconte que l’un d’eux eut cinq enfants :

  • L’aîné, lâche, refusa de se battre. Cette insane excuse il invoqua : « Ne sommes-nous pas en temps de paix aujourd’hui ? Que chacun pense ce qu’il veut, c’est bien mieux ainsi ! »
  • Le puîné, de son père avait l’âme ardente. A corps perdu, il se lança contre un adversaire que jamais… il n’avait pris la peine d’apprendre à connaître. Un “ami” auquel aveuglément il avait confié son arme le tua un matin, alors qu’il était encore endormi.
  • Le troisième fils étudia sans relâche. Il disait à ses frères : « J’apprends, ne me dérangez pas, j’apprends. Je me tue à la tâche." Il est mort fort instruit.
  • Le quatrième jura qu’on ne l’y prendrait pas : « Je combattrai la Révolution avec ses propres armes ». D’illusions en illusions, il erra d’urnes en isoloirs. Il finit sa vie bien mal. Tout comme son aîné, il devînt libéral.
  • Le cadet désorienté, sans vocation particulière, d’une prière se contenta : « Seigneur ! Dans ce combat auquel je ne saurai prendre part, je vous en supplie, donnez moi la victoire ». Du ciel, en vain, il attendit la réponse.

Dieu seul sait combien l’action des cinq frères fut stérile. Pourtant, nombreuse est encore leur descendance aujourd’hui.

Observez maintenant le champ de bataille, jonché de cadavres, quasiment déserté. Dans les ruines amoncelées les vainqueurs en joie ripaillent. D’un œil amusé, ils regardent un blessé qui se relève. L’un d’eux méchamment ricane : « Eh les gars ! Ouvrez les paris. Dans le piège de quel frère tombera celui-ci ? »

Un rien cependant suffirait à troubler ce festin démoniaque, mais toujours, toujours entendrez-vous au loin sonner un clairon maladroit. De belles âmes répondent à cet appel, prêtent de nouveau l’oreille aux sirènes d’une cause perdue.

L’un de leurs lieutenants, flamme tricolore sur son habit, tente de nous séduire en vain par un discours entendu. De tous ses poumons il s’écrie : « Joignez-vous à nous manants du roi ! Ensemble, mettrons-nous fin à cette gabegie ».

A quoi sert-il de lui répondre, il fait semblant de ne pas nous entendre. Nous aimerions tant lui dire : « Vous êtes fou lieutenant. Vos hommes en pure perte, vous envoyez au combat. Ne voyez-vous pas dans vos rangs pour trois soldats fidèles, mille hommes au sourire narquois. Ces derniers, le jour, tirent avec vous de concert, la nuit, sur les nôtres sans merci. Ce sont des gens sournois. Ils propagent l’erreur, abusent de votre confiance, ne partagent avec vous qu’un seul ennemi. Déjà, sous le regard amusé de leur général (le vôtre est lâchement détourné), à vos enfants ils apprennent, à cracher sur la Croix. »

Vraiment la raison nous appelle ailleurs et nos amis, égarés dans vos rangs, emboîteront notre pas. Nous traquons l’ennemi d’où qu’il vienne, où qu’il soit. Un Sacré Cœur est cousu sur notre poitrine et nous avançons chapelet en main. Nos chefs, intègres, nous ont armés d’une saine doctrine. Nous les suivons sans crainte parce qu’ils partagent notre foi.

Dans toutes les provinces de l’ancien royaume, des hommes ont relevé la tête. Animés d’un même idéal, ils ont repris de la vraie France l’immense bannière. D’un drapeau mainte fois déshonoré, ils effacent lentement les couleurs :

  • le rouge de la haine (le sang de nos pères),
  • le bleu de la peur (les compromis de nos « frères »).

Si grande, si belle est la bannière seulement frappée en son cœur du Cœur de Jésus ! Et lorsque son étoffe légère, sous le souffle de la Providence, claquera joyeusement au vent, vous verrez derrière elle, marcher en cortège, une armée de conquérants.

Sur le parvis d’une cathédrale prendra fin sa course folle, car c’est seulement à Reims que l’aîné de nos princes, le fils de saint Louis, de nouveau sera oint.

Écoutez, cloches et carillons sonner, l’immense clameur, le Te Deum de la victoire. Du haut du ciel, sur le doux visage de Marie, notre Mère bien aimée, vient de couler sans bruit, une larme de bonheur.

Ces jours venus votre serviteur, humblement je l’espère, s’en ira chercher une place au paradis. Saint Pierre aux aguets lui dira peut-être : « Vignerte, votre style était bien plat, votre plume bien piètre. Mais laissons là ces misères, vous ne serez pas jugé sur cela ».

16/07/2009

Monument Légitimiste

monument-du-comte-de-chambord-sainte-anne-dauray.jpgMonument du Comte de Chambord :

 

Dans l'alignement de la route départementale 19, qui sort de Sainte Anne d'Auray pour conduire à Brecht,à 500 mètres du bourg, se dresse le monument du Comte de Chambord. Sur un énorme piédestal en granit, monté sur une base en gradins, on y voit la statue du Comte qui fait face à la lointaine basilique. Il est représenté le genou droit en terre, tête nue, couvert du manteau du sacre et tenant sur son genou gauche la couronne fermée du Royaume de France. En contre bas, entourant le socle, on voit quatre statues de bronze qui résument l'histoire de la monarchie Française : sur l'avant Sainte Jeanne d'Arc, sur l'arrière Sainte Geneviève, sur les côtés les chevaliers Dugueslin et Bayard.

Cercle Légitimiste en naissance

blason lorrain.jpgCercle (en projet)
3 rue de Forbach
54700 Pont à Mousson
Tel : 03-83-81-00-29 / 06-46-77-66-85
Courriel : ro.beaudricourt@sfr.fr

http://www.uclf.org/page44.html