f1g2a3s4b5

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2020

Message de Monseigneur le Duc d’Anjou à propos de l’épidémie du coronavirus, le 19 mars 2020, en la fête de Saint Joseph

unnamed.jpgUn péril difficilement maîtrisable et très violent met la maladie et la mort au cœur de l’actualité en surgissant aux portes de nos sociétés. Dans un monde entier touché par le virus, France, Espagne, Italie et à peu près toute l’Europe sont confrontées à une crise sanitaire d’une ampleur majeure et oubliée sur notre continent…Les victimes sont et seront nombreuses et c’est à elles et à leurs familles que j’exprime d’abord mon soutien et ma sympathie. Je pense aussi aux personnels hospitaliers et médicaux si sollicités comme à toutes les bonnes volontés qui vont se déployer autour des malades et de chacun pour assurer la vie quotidienne, je les en remercie et me joins à la prière des catholiques de France. J'ai aussi une pensée reconnaissante pour tous ceux qui vont avoir à maintenir la sécurité publique dans ces temps difficiles. Demandons à Dieu que tous les malades puissent bénéficier des soins nécessaires à leur état et que les conséquences de toutes sortes qui vont immanquablement peser sur la société, et sans doute pour un temps assez long, puissent, elles aussi, être contenues.

Aujourd’hui il s’agit de faire front avec courage et foi. Un sursaut de la part de tous est nécessaire, il en va du bien commun. Il n’est plus temps d’incriminer les erreurs du passé, il appartient maintenant d’en tirer les leçons et de rectifier ce qui peut l’être. La nécessité de changements nombreux et fondamentaux s’imposera. L’état providence a trouvé ses limites et n’offre qu’une frontière poreuse au virus ; les visions politiques et économiques à court terme ont démontré leurs faiblesses et leur impuissance. Dans l’immédiat, comme dans tous les moments les plus graves de notre histoire, il va s’agir pour les familles d’assumer leur rôle si fondamental dans notre société. C’est à elles et à leur esprit de responsabilité comme à leur détermination que revient la lourde charge de maintenir. Pendant que les personnels soignants feront leur devoir, les familles assureront les tâches de soins, de formation spirituelle et intellectuelle. Pères et mères responsables. Les uns et les autres devront s’adapter à de nouvelles formes de travail qu’il faudra en partie improviser sans oublier de développer de nouvelles formes de liens, entre les générations notamment, alors qu’il faut limiter les contacts. Enfin, pour tous les Français, que l'ampleur de la crise nous ramène vers l'essentiel, le sens des autres et du bien commun, celui de la famille, de la patrie, le sens de Dieu.

Je pense profondément que par l’intercession de Saint Joseph, protecteur des foyers, que les catholiques fêtent aujourd’hui, les familles trouveront la force de résister à l’épreuve que nous traversons en maintenant la Foi et l’Espérance.

Louis duc d'Anjou

08/03/2020

Réunion du Cercle Robert de Baudricourt - samedi 14 mars - 15h - à Peltre

2796954680.jpg

Notre prochaine réunion
aura lieu samedi 14 mars, 15h , à Peltre
 
sur l'étude du fonctionnement des sociétés de pensée
 

_______

Renseignements et réservations au :
06 46 77 66 85
ro.beaudricourt@sfr.fr

08/02/2020

Conférence samedi 15 février à 15h00, à Pont-à-Mousson.

platon affiche.jpg

Covoiturage possible depuis Metz ou Nancy
 
Renseignements et réservations impérativement au :
06 46 77 66 85
ro.beaudricourt@sfr.fr

31/01/2020

Louis XX présente ses vœux pour l'année 2020 à la France

Alors que la France traverse une crise profonde, l'année 2020 commence difficilement. Louis XX, issu des “légitimistes de la branche d'Anjou” , en tant que successeur légitime des Rois de France présente ses vœux à la France.

83363453_1411698485676108_5837109882410500096_o.jpgMes Chers Compatriotes,

En ce début de l’année 2020, présenter des vœux n’est pas simple. Nous aimerions parler accomplissement, prospérité, bonheur, mais nous nous adressons à un pays confronté à une crise profonde. Elle est morale et matérielle. Tant de menaces extérieures comme intérieures pèsent sur la France. Confronté à cette situation et à une certaine inertie d’un pouvoir qui a déjà abdiqué et refuse d’affronter les problèmes, le devoir du successeur légitime des Rois de France est de s’exprimer. Tel est me semble-t-il le devoir des dynastes ! Simplement faire preuve de courage et de réalisme.

Je sais les Français malheureux dans un pays très largement découragé et pessimiste. Le Pays connait une crise profonde qui s’amplifie d’année en année et a pris, depuis plus d’un an, une tournure plus radicale avec la mobilisation populaire qui ne faiblit pas. Elle est fondée non pas sur des revendications d’intérêts individuels ou de classe, mais sur un appauvrissement général, un recul de la qualité de la vie et une angoisse pour l’avenir dans les grandes agglomérations comme dans les campagnes. Ainsi, le pays qui attendait beaucoup de l’Europe ou de la mondialisation des échanges, connaît désillusions et déceptions devant une situation qui ne cesse de se détériorer, d’où son trouble et son inquiétude pour l’avenir. Soyons reconnaissants envers ceux qui continuent, vaille que vaille, à entreprendre et à innover pour tenter de maintenir la France dans le concert des grandes puissances ; à ceux qui assurent les services publics dans des conditions toujours plus difficiles comme le constatent pompiers, médecins ou policiers ; aux familles qui ne désespèrent pas et assurent la relève démographique et aux derniers gardiens de notre souveraineté qui veillent aux frontières au prix parfois du sacrifice de leur vie. A tous ceux-là j’adresse des vœux les plus sincères pour 2020 en leur disant combien ce qu’ils font est juste et doit être encouragé. Mais au-delà de cette avant-garde, il faut penser à relever la France.

Résidant au-delà des frontières, à cheval sur deux continents, j’ai le recul nécessaire pour me pencher sur la situation de la France. Cela me permet d’aborder l’avenir sereinement et, malgré tout, avec optimisme. Les siècles d’histoire sur lesquels la tradition que j’incarne repose, permettent d’identifier certains des ressorts qui actuellement manquent cruellement au pays.

Depuis des années la France s’est engourdie et s’est laissé bercer par des idées qui l’éloignent du réel. Pourtant on ne peut ni oublier ni gommer les réalités comme si elles n’existaient pas. Le réel est plus fort que les idéologies car il est la vie. La vie quotidienne de tout un chacun ; la vie familiale ; la vie qu’il faut transmettre car sinon c’est la mort qui gagne. Or les Français veulent vivre et transmettre car ils savent, au fond d’eux-mêmes, qu’ils sont les héritiers d’une histoire millénaire à poursuivre. Ils savent qu’au-delà des apparences, le pays a encore un patrimoine spirituel et moral et des richesses à apporter au monde. Cela passe par la redécouverte des valeurs. Le mot a été bien galvaudé ces derniers temps. Quand je parle de valeurs il s’agit de celles qui ont fait la France, portées par quinze siècles de royauté, les valeurs que sont le sens du travail, de l’effort, du bien commun, de la morale et du sacrifice s’il le faut. Valeurs issues du christianisme et de l’héritage de la pensée gréco latine. Celles de la civilisation française et européenne. Non pas celles inspirées d’idéologies aussi fausses que perverses qui sous-tendent les reniements, les repentances, l’abandon des traditions et la destruction des Institutions. Les Français ne s’y trompent pas et ne se reconnaissent plus dans un pouvoir qui déconstruit au lieu de bâtir. Les Français aspirent à un changement, à une rupture avec des décennies de politiques fatales et mortifères.

Rompre, c’est redonner du sens à l’existence en revenant aux fondamentaux. Le premier demeure la place reconnue à la vie naturelle, de la conception à la mort, car tel est le fondement anthropologique sur lequel repose notre  société; le second de ces fondamentaux, c’est  le bien commun. Il est le guide qui indique à chacun ce qu’il doit faire. Du plus humble au plus puissant. Est-ce que mon action apporte quelque chose à la société et notamment aux plus faibles ? Est-ce qu’elle la fait progresser ? Est-elle morale ?

Or ces fondamentaux n’ont pas perdu de leur nécessité ni de leur utilité pour organiser la société civile. Bien au contraire ! Il s’agit de leur redonner leur place dans la vie sociale. Dès lors la sphère du politique s’éclairera d’un jour nouveau et la société pourra y puiser les forces nécessaires pour progresser et améliorer la vie des uns et des autres. Les grandes espérances qui manquent tant actuellement, renaîtront. Croire en l’avenir pour le reconstruire en donnant toute sa place à l’enfant, en lui donnant une éducation basée sur la transmission, visant à l’élever et à en faire un adulte à la fois instruit et responsable. Croire en l’avenir en garantissant aux plus anciens qu’ils seront assurés de trouver des conditions décentes d’existence, juste retour de leur vie de labeur, puis toute l’assistance et la compassion qu’ils peuvent espérer pour leur fin de vie.

Le bien commun est quant à lui le contraire de l’individualisme forcené dans lequel la société s’est abimée depuis une cinquantaine d’années. Parti des fausses prémisses du bonheur confondu avec la seule consommation, il s’est perdu dans une société déréglée qui, n’ayant plus de finalité, ne sait plus produire que déchets et nuisances, pollutions et expériences contre-nature. Heureusement nous sentons une remise en cause de cette spirale du mal. Appuyée sur l’Evangile, l’Eglise a ouvert une réflexion nouvelle reposant sur la nature, fille de la création divine et donc inscrite, avec l’homme et pour l’homme, dans le plan de Dieu. Son audience s’élargit et les veilleurs conscients deviennent plus nombreux.

Ainsi des ferments pour une société meilleure existent. Il appartient à ceux qui en font déjà les moteurs de leur action de mieux les faire connaître. L’avenir repose dans les mains des jeunes couples qui ne désespèrent pas et mettent leur espoir dans leurs enfants et dans la chaîne de la vie ; l’avenir repose dans les jeunes entrepreneurs animés par le souci du bien commun, qui mettent leurs talents, leur savoir, leur énergie, leurs capitaux, au service des entreprises qu’ils créent ; tout repose sur ceux qui préfèrent leurs devoirs aux seuls droits ; tout repose sur ceux qui croient en l’homme, enfant de Dieu et dans le bien commun.

83095310_1512027318962001_8542699843053682688_n.jpgVoyez-vous, Chers compatriotes, j’ai confiance en l’avenir de la France, car même blessée, elle a du ressort, celui des Français héritiers de siècles d’histoire. Il y a une longue route à parcourir encore une fois retrouvé  le sens de ses traditions. Tels sont les vœux que je forme, en ce début d’année 2020, pour tous les Français. Que Saint Louis et Sainte Jeanne d’Arc continuent à veiller sur nous et la France.

 

Louis de Bourbon

Duc d’Anjou

 

Source : valeursactuelles

26/01/2020

Le 26 janvier 1796, Stofflet s'adresse à ses compagnons d'armes

3756645180.JPG

"Braves amis, le moment est venu de vous montrer. Dieu, le roi, le cri de la conscience, celui de l'honneur et la voix de vos chefs vous appellent au combat !! Plus de paix ni de trêve avec la république, elle a conspiré la ruine entière du pays que vous habitez.".

Telle est la proclamation qu'a adressé le général Stofflet à ses partisans, en leur demandant de se réunir prés de Jallais, sur les landes de Cabournes. Seront-ils nombreux à répondre à son appel ? Rien n'est moins sûr, car la politique de pacification menée par Hoche a fait la preuve de son efficacité. La liberté religieuse et l'abolition de la conscription ont satisfait les paysans, qui hésitent d'autant plus à reprendre les armes qu'ils savent que Hoche contrôle étroitement la région sur le plan militaire. Stofflet lui-même pense que cette nouvelle insurrection n'a guère de chance de réussir.

 "Nous marchons à l'échafaud, mais c'est égal. Vive le roi quand même ! "

Aurait-il dit à ses proches après avoir pris sa décision. Le retour du comte d'Artois en Angleterre, après les espoirs soulevés par sa venue à l'Ile d'Yeu, a découragé bien des bonnes volontés. C'est pourtant sur l'ordre du prince et de son frère, transmis par le comte Colbert de Maulévrier, que Stofflet fidèle, a rompu ce 26 janvier 1796 la paix conclue avec la République...

12/01/2020

Réunion du Cercle Robert de Baudricourt - samedi 18 janvier - 15h - à Nancy

diapocercle.jpg

Notre prochaine réunion royaliste
aura lieu samedi 18 janvier, 15h , à Nancy

_______

Renseignements et réservations au :
03 83 81 00 29 / 06 46 77 66 85
robertdebaudricourt@gmail.com

28/12/2019

Vœux du Roi Louis XX pour Noël 2019

Je vous souhaite à tous une sainte et joyeuse fête de Noël. Que l’enfant Jésus nous bénisse, nous protège et nous comble de la grâce de l’émerveillement de Noël tout au long de cette nouvelle année. Qu’il nous indique la voie, le sens de la vie et nous mette au service du bien commun. Avec Marie-Marguerite, soyez assurés de nos prières au pied de la crèche.

Louis de Bourbon, Duc d’Anjou

VoeuxLouisXX2019.png

12/11/2019

Réunion du Cercle Robert de Baudricourt - sam 16 novembre - 15h00 Peltre

franco-mezar-h.jpg

Notre réunion portera sur l'acte inqualifiable de l'exhumation du Général Franco, en Espagne le jeudi 24 octobre dernier. Puis de la réaction du Prince Louis de Bourbon, son arrière petit-fils.

Une affaire bien sombre qui trouvera un large retentissement bien au delà des frontières de la France et de l'Espagne. C'est une vague d'indignation qui secoue le monde catholique, et qui de concert s'accorde pour saluer le courage de notre Prince, dans sa prise de position franche au service de la mémoire et de l'honneur de son ancêtre. 

Vive le roi !

_______

Renseignements et réservations au :
03 83 81 00 29 / 06 46 77 66 85
robertdebaudricourt@gmail.com

25/10/2019

Message de Monseigneur le Duc d’Anjou à la suite du transfert des cendres de son aïeul le Général Franco

Franco1.jpg

J'ai ressenti hier une intense émotion en portant le cercueil de mon grand-père. L'acte est inqualifiable.

La Providence m’a placé à la convergence d’une double ascendance : ma lignée paternelle, qui me lie profondément à la France, le pays de mes ancêtres, où j’ai des devoirs dynastiques, celui de défendre l’héritage de la royauté légitime, et me tenir à la disposition de la France. Les devoirs de l’Aîné des Bourbons ne peuvent être abdiqués.

En même temps, je me dois d’assumer les devoirs de ma lignée maternelle. Ce devoir n’est pas de même nature que celui qui me lie à la France. Mais je me dois d’être fidèle à la mémoire si injustement attaquée de mon arrière-grand-père. Il fut un grand Soldat et un grand homme d’État, animé avant tout par sa Foi chrétienne profonde et son amour de l’Espagne. Il est à l’origine de l’Espagne pacifiée, prospère et reconnue parmi les grandes puissances mondiales. Défendre sa mémoire, c’est une part intégrante de l’idée que je me fais de l’Honneur et de la Fidélité.

La monarchie a été ré-instituée par le Général Franco. C’est cela que l’Histoire retiendra.

 

                                                                                             Louis de Bourbon, duc d'Anjou

12/10/2019

Réunion du Cercle Robert de Baudricourt - sam 19 octobre - 15h00 Pont à Mousson

Document inédit - Retransmission de la cérémonie solennelle de déposition du coeur de Louis XVII dans la Basilique de Saint-Denis, à Paris, le 8 juin 2004.

louis-coeur.jpg

(Les places sont limitées, sur inscription impérativement !)

______

La déposition solennelle du cœur de Louis XVII a été organisée par le Mémorial de France à Saint-Denis lors d'une cérémonie le 8 juin 2004. Ce cœur avait été prélevé, par le docteur Pelletan au lendemain du décès de l'enfant du Temple. Placé dans un vase de cristal, le cœur s'est conservé puis desséché avec l'évaporation de l'alcool dans lequel il baignait.

Passé de mains en mains, il intègre la basilique de Saint-Denis dès 1975. Lors de la cérémonie du 8 juin 2004, le cœur de Louis XVII a été placé sous le médaillon représentant le portrait du jeune roi.

lys.jpg

 

26/09/2019

Projection du film de Cheyenne-Marie Carron « Le Fils d’un Roi ».

Le Fils d-un Roi 3.jpg

Le samedi 7 décembre, à 10H30, au cinéma Le Balzac (1 Rue Balzac, 75008 Paris), aura lieu la projection du film de Cheyenne-Marie Carron « Le Fils d’un Roi ».

             Les membres des Cercles Légitimistes de l’UCLF sont invités à s’y rendre, ainsi que leurs amis et parents favorables au royalisme.

17/09/2019

Réunion du Cercle Robert de Baudricourt - samedi 21 septembre - 15h - à Peltre

141628474.png

Notre prochaine réunion royaliste

 Cercle légitimiste Robert de Baudricourt -
aura lieu samedi 21 Septembre 2019, 15h , à Peltre
 
Thème :

Compte-rendu du l'université d'été de l'UCLF."

USL2019.jpg

_______

Renseignements et réservations au :
03 83 81 00 29 / 06 46 77 66 85
robertdebaudricourt@gmail.com

05/09/2019

Lettre circulaire à tous les membres de la Confrérie Royale à l'occasion de la "rentrée" de septembre 2019

images.png

Confrérie Royale
Le Prieur

Dimanche soir 1er septembre 2019,
Anniversaire de la sainte mort du Grand Roi (+ 1er septembre 1715)

                

Messieurs les Chanoines,
Mes Révérends Pères,
Messieurs les Abbés,
Chers Fidèles, membres de la Confrérie Royale,

 

"Il ne faut pas laisser les idéologies pernicieuses comme celles de 1789 remplacer les principes hérités du décalogue chrétien qui avaient fait la gloire de la monarchie et de la France" : ces paroles de notre Roi légitime, dans le message qu'il a publié le 17 août dernier (cf. > ICI), sont un vif et énergique encouragement à tous ceux qui aiment vraiment la France et sa monarchie traditionnelle, à combattre avec un zèle toujours plus ardent les mensonges révolutionnaires et leurs conséquences actuelles.

Les membres de la Confrérie Royale doivent avoir à cœur de penser, d'agir, de vivre - chaque jour et à chaque instant du jour - comme des combattants.
Nos armes ne sont pas matérielles : nous ne sommes pas (du moins pas pour l'instant) appelés à brandir le glaive, la faux ou le fusil, pour nous engager dans un combat physique, mais nous sommes aujourd'hui mandatés en qualité de volontaires d'élite - puisque notre engagement dans la Confrérie a été une réponse libre, volontaire et généreuse à une sorte d'enrolement militaire - pour un combat incessant.
Nous ne sommes pas des soldats de salon, faits pour parader en costumes éblouissants, avec force plumes chatoyantes, fourragères rutilantes et brandebourgs dorés : nous sommes des chouans spirituels, toujours en éveil, toujours sur le qui vive, toujours prêts à en découdre, jamais disposés à nous ménager, qui ne craignent pas de déchirer leurs hardes et leur peau aux ronces des taillis dans lesquels ils sont embusqués pour être toujours prêts à fondre sur l'ennemi !

                

Il n'est pas inutile de rappeler les engagements qui ont été les nôtres lorsque, au cours de la Sainte Messe, et donc en union étroite avec le Saint-Sacrifice de Notre-Seigneur Jésus-Christ, nous sommes entrés dans la Confrérie Royale :                                                            

Source et suite de la note : ICI

28/08/2019

107e Pèlerinage Légitimiste de Sainte-Anne-d’Auray - 28 et 29 Septembre 2019

SainteAnne-2019-550x800.jpg

PROGRAMME DU 1er JOUR DU PÉLERINAGE

— OUVERT A TOUS —

Samedi 28 septembre

14 h 00 : Accueil à la Fontaine de sainte-Anne, esplanade de la basilique
14 h 15 : Départ pour Callac 56 PLUMELEC – Chemin de Croix au Calvaire
17 h 10 : Conférence « Le Combat Légitimiste au XXIe s. » par J. Kornogizel (UCLF)
18 h 00 : Chapelet devant la Fontaine à Sainte-Anne d’Auray,
19 h 15 : Dîner à « l’Abri du Pèlerin » (près de la basilique). « Intervention du Révérend Père Jean-Marie (Fraternité de la Transfiguration) »
Veillée.

Source : ICI

PROGRAMME DU 2d JOUR DU PÈLERINAGE

— OUVERT A TOUS —

Dimanche 29 septembre :

7 h 00 : Rendez-vous des marcheurs à la chapelle du Champ des Martyrs (commune de Brech’) vers le monument du Comte de Chambord.

9 h 00 : Dépôt de gerbes au monument du Comte de Chambord, allocution de Pierre Bodin, Président de l’UCLF.

9 h 30 : Confessions – Chapelet, Chapelle du Champ des Martyrs.

10 h 00 : Messe, à la chapelle du Champ des Martyrs.
Renouvellement de la consécration de l’UCLF au Sacré-cœur.

12 h 00 : Repas libre au choix :
Pique-nique au Champ des Martyrs.
ou Déjeuner au restaurant (à l’initiative et à la charge de chacun).

14 h 10 : Rendez-vous Salle Mairie annexe de Penhoët, 8 rue Jean IV Duc de Bretagne 56400 BRECH’.

14 h 15 : CONFÉRENCES :

1re conférence « Madame Élisabeth, sœur du Roi Louis XVI, une sainte dans la tourmente révolutionnaire » par Géraldine Kuntz, diplômée en Sorbonne, Histoire de l’Art et Archéologie
2de conférence « Encyclique du Ralliement — Au milieu des sollicitudes — du Pape Léon XIII, le 16 février 1792, invitant les catholiques de France à se rallier à la République : aspects historiques et doctrinaux », de Jacques Savean, Professeur d’Histoire.

Tout l’après-midi : stands.

18 h 00 : Clôture de la journée.

Renseignements et inscription

Renseignements :

Mél : bretagne.legitimiste@orange.fr

Tél : 06 75 26 57 65

Inscriptions :

Télécharger le bulletin d’inscription :  Bulletin d’inscription

Retourner le bulletin à la F.B.L. (2 rue de Coëtquen Saint-Solen 22100 Lanvallay) avant le 24 septembre, accompagné du règlement.

Source : ICI

19/08/2019

Message de Monseigneur le Duc d'Anjou à l’occasion de la Commémoration de Montréjeau

Aujourd'hui avait lieu à Montréjeau en Haute-Garonne la commémoration du 220e anniversaire de l'insurrection catholique et royaliste de 1799 qui s'achève par le massacre de milliers d'insurgés par les troupes révolutionnaires, voici le message que j'ai adressé à cette occasion :

ACMJN.jpgChers Amis,

         En cette journée de commémoration des évènements douloureux de l’été 1799, je me joins à vous par la pensée et l’émotion.

         Le massacre de Montréjeau fut le dernier et non des moindres, de la terrible décennie commencée avec les évènements de l’été 1789. La République, ne se contenant pas de mettre à bas les institutions qui depuis huit siècles avaient fait le bonheur de tous et la gloire de la France, était enfantée dans le sang des Français. Ces derniers, animés par leur foi ardente et leur attachement au roi le protecteur naturel de leurs libertés, furent en effet nombreux dans toutes les provinces à résister au prix souvent de leur vie. La Vendée paya un terrible tribut, et le Midi toulousain n’est pas en reste.

         Mais à l’horreur des massacres, les responsables ont ajouté le déni. Le forfait exécuté, il fallait l’oublier. Ainsi les morts n’eurent ni actes de décès ni sépultures. Il fallait supprimer les traces du crime afin qu’il soit oublié et que les familles et les enfants ne puissent pas se recueillir sur la tombe des martyrs.

        Mais le sang ne s’efface pas. Deux siècles après, les descendants ont souhaité qu’enfin la lumière soit faite sur ces évènements. Comme cela commence en Vendée, les archéologues se mettent à étudier les charniers où furent déposées les victimes. La science vient au secours de l’histoire. Au secours de la Vérité.

         Merci donc à tous ceux qui sont présents aujourd’hui.
         Merci aux organisateurs de l’évènement.

         Merci aux membres du Comité du souvenir des victimes de la Révolution en Midi toulousain qui œuvrent pour qu’un monument commémoratif soit érigé. Il permettra de garder la trace de ce massacre afin de rendre un hommage aux victimes. Mais au-delà il permettra de se rappeler qu’il ne faut pas laisser les idéologies pernicieuses comme celles de 1789 remplacer les principes hérités du décalogue chrétien qui avaient fait la gloire de la monarchie et de la France. 

         Que tous les saints de France veillent sur les morts de Montréjeau et continuent à inspirer les Français et les rendent fidèles à leur histoire millénaire.

 

Louis de Bourbon, Duc d'Anjou

17/08/2019

Les Cahiers de l’Université d’été de l’UCLF

L'A.B.C. du royalisme

Cahiers-USL.png

L’Union des Cercles Légitimistes de France propose déjà plusieurs outils de formation comme son Programme des études politiques ou le Manifeste légitimiste. Les Cahiers de l’Université Saint-Louis constituent, eux-aussi, une synthèse de la pensée royaliste facilement utilisable dans le cadre d’un travail en cellule d’étude. Chaque année, de nouveaux textes illustrant la pensée légitimiste sont ainsi publiés. L’édition de l’Université d’été 2019 est maintenant téléchargeable.

Source : ICI

15/08/2019

Message de Monseigneur le Duc d’Anjou à l’occasion de l’Assomption

louis.JPGÀ tous les Français, je veux souhaiter une belle fête de l’Assomption.

Que Notre-Dame, Reine de France et protectrice du Royaume, selon le vœu fait en 1638 par mon aïeul le Roi Louis XIII, veille, et protège la France et les Français en ces temps troublés où se perdent tous les repères essentiels !
Prions-la, supplions-la d’intercéder pour que la France reste fidèle aux promesses de son baptême !

Louis de Bourbon, duc d’Anjou.

19582812.JPG

 

02/07/2019

UCLF : Université d’été Saint-Louis 2019

22 juillet - 26 juillet

univsaintlouis-2019-RECTO-550x800.jpg

22 au 26 juillet 2019 –
Université d’été Saint-Louis,
organisée par l’UCLF

Jeunes, cadres et formation continue ouverte à tous les âges

Du lundi 23 juillet (16h), au vendredi 27 (14h)
Rendez-vous à Saint-Macaire (à coté de Bordeaux)

Les objectifs

Pour acquérir une vraie formation politique et devenir des combattants efficaces il s’agit de bien identifier :

  • ce pour quoi on se bat (connaissance de soi), la monarchie traditionnelle de droit divin,
  • ce contre quoi on se bat (connaissance de l’adversaire), les idéologies (libéralisme, nationalisme, socialisme), toutes filles de la Révolution et de sa religion la gnose.

Le programme

  • Dans l’esprit de camaraderie qui a fait son renom, retrouvez Faoudel, Gédéon, Savéan, et bien d’autres au cours
  • de conférences,
  • d’exposés,
  • d’ateliers.

Renseignements et inscriptions

Renseignements et demande d’inscription : saintlouis.univ@gmail.com

Covoiturage possible depuis la Lorraine

Renseignements : degarembourg@gmail.com

07/06/2019

Message de Mgr le Duc d’Anjou pour les pèlerins de Chartres à l'occasion de la Pentecôte

PrinceLux.JPGChers pèlerins,


Vous témoignez de la foi sincère que notre pays a toujours manifestée à Notre-Dame, patronne de la France, je ne saurais donc trop vous engager à développer ce pèlerinage qui associe la tradition et la piété.


Pèleriner vers Chartres, c'est se donner à la Très Sainte Vierge Marie, se mettre sous la protection de son voile et Lui confier nos familles et notre pays, la fille aînée de l'Eglise.

 

Que Notre Seigneur Jésus-Christ règne par Marie sur la France et que Notre-Dame demeure l'icône qui nous guide.

 

Louis de Bourbon,

Duc d'Anjou

Source : ICI

26/05/2019

Journée à Sion-Vaudémont - samedi 15 juin 2019

Sionrecto.jpg

Sionverso.jpg

Téléchargement : Recto - Verso

18/05/2019

« J’avais soif et vous m’avez donné à boire. »

index.jpgLe soutien sans réserve de l’Union des cercles légitimistes de France à Vincent Lambert et à ses parents. 

Le CHU de Reims l’a annoncé : son personnel « soignant » arrêtera dans la semaine du 20 mai l’hydratation et l’alimentation de Vincent Lambert.

Depuis plusieurs années, les parents de Vincent Lambert et plusieurs membres de sa famille luttent pour que ne soit pas mis fin à la vie de leur fils, de leur frère. Cette affaire revêt aujourd’hui une importance particulière. Elle se place au cœur de la défense pour la vie. Si Vincent est mis à mort, l’un des derniers garde-fous de notre civilisation tombera, parce que ceux qui veulent le tuer entendent par là-même ouvrir la voie à la légalisation et à l’institutionnalisation du meurtre par euthanasie. 

L’UCLF invite à prendre part à la bataille qui se déroule à Reims aujourd’hui. Elle invite ses membres à prier et à jeûner pour Vincent et sa famille, pour la France. 

Elle invite surtout les légitimistes à continuer sans cesse leur combat pour le retour de l’union du trône et de l’autel, seul véritable remède à cette peste révolutionnaire qui ne cesse depuis plus de deux cents ans de nuire toujours plus à l’homme et d’offenser son Créateur.

 

Pierre Bodin,

président de l’Union des cercles légitimistes de France

 

« Les contre-vérités au sujet de Vincent Lambert. Dans cette affaire, répétons-le : AUCUN acharnement thérapeutique ; AUCUNE machine ne retient Vincent en vie de manière artificielle ; nourrir, donner à boire à un homme malade, à un enfant, à un bébé qui ne peut le faire seul n’a jamais été considéré comme un acte d'acharnement thérapeutique… Donner à manger et à boire à un malade est au contraire un soin élémentaire et a toujours été considéré comme tel… 

Comment peut-on ne serait-ce qu’envisager d’arrêter d’hydrater et d’alimenter un malade ? Vincent est gravement handicapé depuis dix ans… Il n’est pas en fin de vie. 

Sa présence depuis DIX ANS dans une unité de SOINS PALLIATIFS (dix ans en soins palliatifs !?!)... Encore plus une aberration qu’un paradoxe ! 

VINCENT EST EN VIE. Ils disent vouloir le « laisser mourir », mais il existe une grande différence entre « laisser mourir » et « tuer ». L’affaire Lambert, c’est l’enjeu d'une vie, c’est aussi un enjeu de civilisation. »

08/05/2019

Conférence - samedi 18 mai à Pont-à-mousson

pamaristote.jpg

Sur inscriptions et réservations uniquement

mail : ro.beaudricourt@sfr.fr

ou : 06 46 77 66 85

07/05/2019

Le chef de la Maison de Bourbon rend hommage à son cousin le Grand-Duc Jean de Luxembourg

PrinceLux.JPGPrince capétien très aimé, S.A.R. le Grand-Duc Jean de Luxembourg est décédé le 23 avril à 98 ans. En tant que Chef de la Maison de Bourbon, Monseigneur Louis de Bourbon, Duc d'Anjou a tenu à rendre le samedi 4 mai 2019 un dernier hommage à son cousin. 


S.A.R. le Gand Duc Jean était un prince Bourbon du rameau des Bourbons de Parme, de la branche aînée issue de Philippe duc d’Anjou. La présence du Chef de Maison était naturelle et le Prince pour être présent aux obsèques solennelles a dû remettre l’inauguration prévue depuis plusieurs mois, le même jour à Bourbon l’Archambault, berceau des Bourbons.


Avec de nombreux chefs d’Etat et des membres des principales cours européennes, le Chef de la Maison de Bourbon était entouré de représentants de plusieurs branches de sa Maison, dont celle d'Espagne représentée par le Roi Émérite Juan-Carlos accompagné de la reine Sophie. Une trentaine de têtes couronnées et chefs de maison sont venus entourer la famille du Grand-Duc et les luxembourgeois en la cathédrale Notre-Dame Consolatrice des Affligés.


lux.jpgSi les premiers rangs étaient occupés par la famille et la parenté directe du Grand-Duc, dont celle de la maison royale de Belgique, et celle de la famille ducale de Parme, le Prince eut la première place de celles réservées aux maisons ex-souveraines (Portugal, Russie, Deux-Siciles, Napoléon, Orléans….). La cérémonie était emprunte d’une grande religiosité et d’une profonde émotion de tous les Luxembourgeois qui avaient toujours reconnu une haute valeur à leur Altesse royale, un des modèles de Prince chrétien. Le Grand-Duc portait en effet à la fois l’héritage du sang  de Saint Louis qui coulait dans ses veines et celui de son oncle le bienheureux Charles 1er d’Autriche, époux de sa tante, la Princesse Zita. Un prince capétien témoin vivant d’une Europe chrétienne. La ferveur populaire qui remplit la cathédrale Notre-Dame entoure de sa foi l’Europe des Princes.


Le  Chef de la Maison de Bourbon à  l’issue de la cérémonie religieuse en la cathédrale Notre-Dame de Luxembourg, prit part à la réception informelle tenue au Palais grand-ducal, en présence notamment de Leurs Altesses Royales le Grand-Duc Henri  et la Grande-Duchesse, des membres de la Famille grand-ducale.


S.A.R. le Grand-Duc Henri a tenu à évoquer  avec émotion son cher père : « Tourné vers les autres, il avait cette faculté d'écoute exceptionnelle qui touchait chaque personne qu'il rencontrait. C'était une personne au caractère éminemment positif. Curieux de tout…(…).  Il suivait tout ce qui se passait dans le pays ».


lux2.jpgLa fin de cet hommage évoque les derniers jours de son père : « Il y a quelques semaines, lorsque le Grand-Duc Jean a été hospitalisé, nous l'avons tous accompagné et entouré (...) Deux jours avant son départ, il a remercié ceux qui se sont occupés de lui avec dévouement, puis il nous a dit au revoir. Ce furent ses dernières paroles (...) Il s'est éteint avec le sentiment d'une vie accomplie. Nous, ses enfants et sa famille, sommes particulièrement fiers et heureux de l'avoir eu comme père. Merci Papa, nous te remercions du fond du cœur ».


Pour mémoire


Fils de la Grande-Duchesse Charlotte de Luxembourg et du Prince Félix de Bourbon de Parme, Son Altesse Royale le Grand-Duc Jean de Luxembourg décédé le 23 avril 2019, était né au Château de Berg le 5 janvier 1921. Il est devenu Grand-Duc de Luxembourg le 12 novembre 1964 et a abdiqué le 7 octobre 2000 en faveur de son fils aîné le Prince Henri.


Le Grand-Duc Jean effectua ses études primaires et secondaires à Luxembourg et les compléta au Collège d'Ampleforth (Yorkshire) en Grande-Bretagne.


Lors de l'invasion des troupes allemandes, le 10 mai 1940, il quitta le territoire luxembourgeois avec la famille grand-ducale, qui se réfugia d'abord en France, puis au Portugal avant de rejoindre les Etats-Unis d'Amérique, et le Canada pour finalement s’installer en  Grande-Bretagne. Au Québec, le Grand-Duc Jean suivit des cours de droit et de sciences politiques à l'Université Laval. 


Après la guerre il se consacra à la vie politique de son pays auprès de sa mère. Nommé Lieutenant-Représentant le 28 avril 1961, il succéda comme Grand-Duc de Luxembourg à sa mère la Grande-Duchesse Charlotte le 12 novembre 1964. 


Suivant l’exemple maternel, voyant le poids des ans, il laissa le trône à son fils aîné à l’automne 2000 tout en restant présent à de nombreuses manifestations étant demeuré très aimé de son peuple.


Son Altesse Royale était Docteur Honoris Causa de l'Université de Strasbourg (22 novembre 1957), de l'Université de Miami (6 mai 1979) et de l'Université Laval, Québec (29 mai 2007).
Ami de la nature, le Grand-Duc Jean s'intéressait particulièrement aux problèmes de l'environnement, de la protection de la faune et de la flore. En outre, il aimait le sport, la photographie et la musique.


Un prince européen et courageux


Nassau (la dynastie luxembourgeoise) par sa mère, Bourbon par son père, le Grand-Duc Jean faisait partie des princes européens largement ouverts au monde et qui portent leur souveraineté en eux. Après ses études supérieures dans le nouveau monde, il décida de servir à la libération de son pays sous l’uniforme britannique. En novembre 1942, il entra comme volontaire aux Irish Guards. Il reçut sa formation militaire au Royal Military College à Sandhurst. Le 28 juillet 1943, il fut promu Lieutenant des Irish Guards. Débarqué le 11 juin 1944 près de Bayeux, il servit en Normandie à l'Etat-Major de la 32e Brigade de la Guards Armoured Division. Il prit part à la bataille de Caen et entra le 3 septembre à Bruxelles. Une semaine plus tard aux côtés de son Père le Prince Félix, il retrouvait Luxembourg avant de rejoindre son régiment impliqué dans la dure bataille des Ardennes. Fin janvier 1945, il participa à la prise du Reichswald au Nord-Ouest de Wesel. Il continua la campagne avec les forces alliées en Allemagne jusqu'à la fin des hostilités.


En souvenir de cette époque,  le 21 août 1984, Sa Majesté la Reine Elisabeth II nomma Son Altesse Royale le Grand-Duc Jean de Luxembourg Colonel du Régiment des Irish Guards et le 17 mars 1995 il fut nommé Général Honoraire de l'Armée Britannique.

Source : ICI

01/05/2019

Communiqué de Mgr Louis de Bourbon, Duc d'Anjou

4 mai 2019.JPG

abaca_43608_02.jpg

21/04/2019

Message pascal de Monseigneur Louis de Bourbon, duc d’Anjou

Mes chers compatriotes,

ressuc.jpgEn ce jour où toute la Chrétienté célèbre dans la joie et l’Espérance la Résurrection de Notre Seigneur Jésus-Christ, comment ne pas vous souhaiter une joyeuse et belle fête de Pâques !

La Semaine Sainte a pourtant commencé de manière terrible par le tragique incendie de Notre Dame de Paris qui nous a tous profondément bouleversés.
Dieu merci, la cathédrale a survécu à ce déluge de feu et d’eau.
Et ses principaux trésors ont été miraculeusement épargnés, en particulier la couronne d’épines, la tunique de Saint Louis, le maitre-autel de Louis XIV, les rosaces...et bien d’autres encore.
Et si la charpente et la flèche se sont effondrées sous l’assaut violent des flammes, les murs eux ont tenu.

Au-delà des signes et des symboles que nous pouvons y voir, c’est vraiment toute la France qui a tremblé saisie d’émotion pour ce joyau qui fait partie de notre Histoire, de notre patrimoine.
Souhaitons que cette unité d’une nuit, restaurée quelques instants autour de ce qui constitue le départ de toutes les routes de France, de ce qui en est le cœur spirituel et culturel, puisse régner durablement, plus forte que les divisions qui nous minent trop souvent.
Témoignons notre reconnaissance aux héroïques Sapeurs-Pompiers de Paris, et pensons tout particulièrement à leur frère d’armes blessé dans cette bataille contre le feu. Prions pour son rétablissement complet et rapide.

oeufs.jpgQue le peuple de France, conduit par les architectes des bâtiments de France et des monuments historiques, s’appuyant sur le professionnalisme exceptionnel de nos corps de métiers restaure à présent patiemment Notre Dame, en prenant le temps comme meilleur allié, pour lui rendre sa splendeur, dans l’esprit de Foi et de sacrifice qui était celui de ses bâtisseurs, nos ancêtres.
Et que ce brutal événement nous soit une incitation à convertir nos cœurs, à les dépouiller du superficiel, à les ramener à l’essentiel.

Que le Christ règne sur nos cœurs apaisés et que Notre Dame qui est la Reine de France, protège le peuple de France qu’Elle affectionne tant!

Le Christ est ressuscité !

Joyeuse fête de Pâques à vous tous !

Louis
Duc d’Anjou

 

16/04/2019

Le complot inconscient (Conférence)

100_0572.JPGMonsieur Jean-Pierre Aussant, professeur de Français exerçant en Allemagne dans la ville de Hambourg était invité par le Cercle Légitimiste Robert de Baudricourt samedi 13 avril pour une conférence sur le thème de « la destruction de la famille et du féminisme ». En tant qu’auteur d’un ouvrage portant le titre «  Le complot inconscient », M.Aussant pendant une heure dans un discours frontal a pu étayer son analyse de la « normalisation-déculpabilisation » de l'avortement et du « mariage pour tous » débouchant sur un glissement vers les ténèbres, synonyme de la « culture de mort ».

C'est un thème qui fait écho aux différentes prises de position de notre Prince, en raison de l'importance que celui-ci accorde à la défense de la famille traditionnelle, seul rempart contre un monde déshumanisé. Ce sont dans ces termes très clairs que Monseigneur Louis de Bourbon s'est exprimé récemment le 30 mars 2019 à Vérone (Espagne).

Aussant.JPGDès les années 1990, Jean Pierre Aussant observe un radicalisme du féminisme en faveur de l'avortement et de la préparation du « mariage pour tous. » C'est à partir de ce constat que l'auteur va chercher à en comprendre la raison et la source première.

La première « déconstruction » puise sa source dans le péché originel, et du tentateur Lucifer. On la retrouve ensuite dans le déterminisme de Spinoza, ou bien encore dans le protestantisme et la franc-maçonnerie. C'est pour cette raison que l'on fait généralement démarrer la déconstruction à l'époque des lumières, probablement dans un besoin de visibilité, puisque c'est la période qui symbolise pleinement la rupture de la société avec Dieu.

Jean-Pierre Aussant distingue également une deuxième « déconstruction », qui se situe dans le temps peu après la fin de la seconde guerre mondiale. L'homme, s'il est honnête, ne peut que constater l'échec complet des lumières, et de cette tentative absurde que d'organiser un monde sans Dieu. Et alors au lieu d'en tenir compte, celui-ci va s'enfoncer dans un corpus de deuxième déconstruction.

 

Le résultat débouche sur 4 possibilités :

- Le féminisme lesbien (qui se radicalise).

- Le végan-écologisme

- Le transhumanisme

- L'homo-festivus de Philippe Muray.

 

dédicace.JPGLe dénominateur commun de ces mouvements c'est la haine de Dieu, procédant à un génocide culturel. La résistance à la culture de mort, nécessite une foi catholique inébranlable pour pouvoir résister à ses assauts subliminaux diffusés par différents canaux. Jean-Pierre Aussant constate que pour la première fois dans l’histoire de l’humanité un des deux sexes (le féminin) suite aux progrès de la médecine reproductive et en particulier du clonage (que la femme, contrairement à l’homme, pourra réaliser d’une façon autonome), va pouvoir assurer la reproduction de l’espèce humaine, tout seul. Considérant d’un côté la haine du radicalisme féministe lesbien à l’endroit de l’homme (féminisme lesbien qui exerce une influence croissante et "normative" dans les lieux du pouvoir mondial) et de l’autre le développement exponentiel de l’homosexualité tant féminine que masculine, Jean-Pierre Aussant en déduit que sans l'intervention de Dieu, il n'y aura plus un seul être du sexe masculin sur terre d’ici deux cents ans.

L’événement s’est prolongé sur une séance de questions-réponses, à l'issue de laquelle le livre « le complot inconscient » a été proposé à la vente au public avec dédicaces de l'auteur.

19582812.JPG

15/04/2019

Louis XX réagit sur l’incendie de Notre Dame de Paris

NotreDameDeParisEnFeu.jpg

Lundi 15 avril 20h

Attristé et très ému de voir Notre Dame de Paris en proie aux flammes, le joyau de notre patrimoine, point de départ de toutes les routes de France.

Sainte Geneviève, patronne de Paris, sauvez Notre Dame et ses trésors.

Tout mon soutien aux pompiers de Paris et aux forces de l’ordre.

Louis de Bourbon, Duc d’Anjou

14/04/2019

Louis XX et la reine Marie-Marguerite présentent Henri de Jésus

Le site EFE Estillo a obtenu une entrevue de Louis de Bourbon. Nous en donnons la traduction française.

FamilleRoyaleDeFranceAvril2019-800x400.jpg

Madrid, vendredi 12 avril 2019

Louis-Alphonse de Bourbon et Marie-Marguerite de Vargas posent avec toute leur famille dans leur résidence à Madrid, où ils présentent le garçon de la famille, Henri de Jésus, ainsi que ses frères, Eugénie, Louis et Alphonse.


Le duc d’Anjou, Louis-Alphonse de Bourbon, et son épouse Marie-Marguerite de Vargas, ont fourni à l’agence Efe la première image de toute leur famille après la naissance de leur quatrième enfant, Enrique de Jésus, au mois de février à New York.

Nous vivons une étape très heureuse dans toute la famille

a-t-il expliqué rayonnant cet après-midi à Efe, Louis-Alphonse de Bourbon,.
Henri de Jésus, né le 1er février à New York, pesait 4,2 kilos et mesurait 53 centimètres. Il apparaît pour la première fois en public dans les bras de sa mère sur les deux photographies, profondément endormi dans l’une d’elles et avec ses yeux noir, très ouvert dans l’autre.

La famille a choisi une gamme de couleurs similaire pour les deux photographies : en gris dans l’une, tandis que les tons bleus prédominent dans l’autre, où ils s’effacent tous devant Marie-Marguerite de Vargas et le nouveau-né. La femme de Louis de Bourbon affiche une image sereine et resplendissante, les cheveux relâchés et un doux sourire sur les lèvres.

Autour de lui, ses frères jumeaux, Luis et Alfonso, âgés de neuf ans, et sa sœur Eugénie, âgée de douze ans, posent avec bonheur et sourire avec leurs parents.

Photo prise dans le salon du domicile à Madrid

luis-alfonso-borbon-familia-2.jpg

Les ducs d’Anjou posent avec leurs fils jumeaux, Louis et Alphonse, leur fille Eugénie et le petit Henri de Jésus. Eugénie, Louis et Alphonse sont heureux de l’arrivée de leur frère.

En vieillissant, ils ne connaissent aucune attaque de jalousie, comme on en connaît à d’autres âges

détaille le duc d’Anjou, qui ajoute que « c’est un jouet pour eux ».

L’un des souhaits de Louis-Alphonse de Bourbon était d’avoir une famille nombreuse, qui affirme que « plus que difficile, c’est une question de volonté » et ajoute qu’ils ont le soutien des « plus âgés qui s’entraident et travaillent ensemble à la maison» .

Louis-Alphonse de Bourbon, fils de feu le duc de Cadix et Carmen Martínez Bordiú, et Marguerite Vargas, fille du financier vénézuélien Víctor José de Vargas, se sont mariés le 6 novembre 2004 en République dominicaine.

Malgré la joie, le duc d’Anjou se souvient de sa grand-mère, Carmen Franco, décédée au mois de décembre 2017, à laquelle il était très proche.

C’est dommage qu’elle ne l’ait pas connu, mais heureusement, elle connaissait et appréciait la compagnie de mes enfants plus âgés et eux aussi.

Les photographies, prises il y a quelques jours à la résidence habituelle de la famille à Madrid, montrent une image heureuse et décontractée du ménage avec leurs enfants, qui envisagent de baptiser le nouveau-né prochainement. « Les parrains seront Borja Ardid, ma cousine, et Paloma Cuevas », une grande amie du couple, conclut Louis-Alphonse de Bourbon.

Source : ICI

 

Nouvelle chaine Youtube - UCLF


06/04/2019

Conférence - samedi 13 avril 2019 à Peltre

Destruction et féminisme.png

Biographie de Jean-Pierre Aussant :

Après des études en théologie et suite à sa passion pour la langue Allemande, Jean-Pierre Aussant s’est installé dans la ville de Hambourg où il enseigne le français. Dès son adolescence, il s’est trouvé confronté à toute la force du « politiquement correct » dont la substantifique moelle repose sur ce qu’il nommera « les deux pierres angulaires de la culture de mort » : la « déculpabilisation-normalisation » de l’avortement et de l’homosexualité. Son combat ne se situe pas à l’endroit des individus concernés (victimes des déterminismes et de l’endoctrinement) mais à l’endroit de la « légalisation-banalisation » de ces pratiques.