f1g2a3s4b5

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2018

Visite de la Famille princière au Valle de los Caidos le 15 Juillet dernier

Louis.pngLe Prince Louis Alphonse de Bourbon, de jure Louis XX, seul Roi légitime désigné par les Lois Fondamentales du Royaume pour régner sur le Pays de France, est un Prince Catholique avant tout, un Prince qui ne sacrifie pas au « politiquement correct » les principes de la Monarchie française, et qui se montre même très valeureux.

Notre Prince a la nationalité française, certes, mais également la nationalité espagnole, puisqu’il est aussi, par la branche maternelle, l’arrière-petit-fils du Général Francisco Franco, Caudillo d’Espagne.

La guerre civile espagnole a duré officiellement de 1936 à 1939, mais il est bon de rappeler que, dès l’avènement autoproclamé de la 2ème république espagnole en 1931, de violentes persécutions ont débuté contre le Clergé (prêtres de village empalés à l’entrée des églises, religieuses violentées, scènes de pillage et de profanation d’objets religieux…), plusieurs députés républicains n’hésitant pas à vociférer publiquement aux Cortes (le Parlement espagnol) qu’il fallait abattre tous les curés et les religieuses afin qu’il n’en reste plus un seul survivant…

En 1936, la croissance de cette horrible persécution, œuvre diabolique et sans fondement, l’arrivée du front populaire au pouvoir et l’assassinat par les « rouges » du député monarchiste Jose Calvo Sotelo (46 ans), ont entraîné la légitime réaction de militaires espagnols, tels que les Généraux Emilio Mola, Francisco Franco y Bahamonde, et tant d’autres.

images-1.jpgAprès plusieurs années de guerre intense, malgré l’appui des forces soviétiques et la présence de navires russes dans le port de Barcelone, et l’aide des brigades internationales, les républicains ont capitulé sous les coups du Général Franco, bon nombre d’entre eux fuyant leur Pays vers la France (la Retirade). Bien que les chiffres ne soient pas formellement établis, il est avéré que 36.000 prêtres, religieux et religieuses, moines et proches ont péri dans d’atroces et indescriptibles conditions. Il suffit de parcourir l’Espagne de nos jours encore, pour constater la violence des « rouges » dans l’éradication et le pillage d’innombrables édifices religieux (3.000 églises et monastères détruits ou sérieusement endommagés). Nombre de réfugiés républicains de la « retirada » implantés en France, se sont vantés jadis d’avoir égorgé des prêtres, saigné des moines, violé des religieuses, pillé des églises et monastères, volé les riches, etc. Certes, tous les républicains n’étaient pas des assassins, mais ils étaient entraînés par leurs chefs dans la violence. Les Papes Jean-Paul II et Benoît XVI ont depuis canonisé plus d’un millier de religieux reconnus martyrs par haine de la foi.

Les dictats de gauche tentent aujourd’hui, par une manipulation de l’Histoire et avec la complicité de la grande Presse (française et espagnole), de réhabiliter les exilés espagnols de la « Retirada », et donc leurs descendants français qui ont fait souche dans notre Pays, et n’hésitent pas, en contrepartie, de noircir outrageusement l’action de Franco et de ses troupes. Le nouveau gouvernement espagnol, formé par l’alliance de plusieurs partis minoritaires, des socialistes à l’ultra gauche, ne cache plus ses intentions d’exhumer les cendres du Généralissime au « Valle de los Caidos » à Madrid, de détruire ou plus élégamment de réaménager ce lieu exceptionnel, et de fermer le Monastère bénédictin érigé sur le site. C’est incontestablement un moyen habile d’effacer les traces du passé et de réécrire l’Histoire.

Dans ces conditions, comment reprocher à un descendant naturel du Général Franco, notre Prince en l’occurrence, de vouloir s’opposer à ces viles manœuvres anticatholiques et de défendre la mémoire de son bisaïeul ? C’est bien au contraire en son honneur un acte très courageux dans les temps qui courent.

37329485_1060476367442986_7129302165515927552_n.jpgC’est aux cris de « basta !  basta ! (ça suffit !), accompagnés du geste, lancés au Gouvernement de gauche espagnol que la foule qui accompagnait la visite de la Famille princière au Valle de los Caidos le 15 Juillet dernier, s’est adressée aux nombreux représentants de l’information (ou de la désinformation). Ces médias, aux intentions peu louables, n’ont pas hésité à publier des images d’une poignée de manifestants entourant le Prince levant le bras, insinuant le triste célèbre salut fasciste, dans le but pernicieux d’y associer le Prince et de le salir dans l’opinion publique. Le Général Franco lui-même a conservé son indépendance dans le conflit mondial de 1940/1945, et n’a jamais adhéré au parti fasciste. Il faut ajouter que le Caudillo Franco, très Chrétien, a toujours soutenu la religion Catholique et restauré la Monarchie en Espagne, nonobstant la misérable trahison du Roi Juan-Carlos 1er. À titre d’anecdote, on peut rappeler qu’à l’avènement des congés payés en France, les ouvriers des grandes usines, par centaines de milliers, profitaient de vacances paisibles chez Franco sans avoir à souffrir de la moindre répression et en totale liberté. Mais ceux qui connaissent l’Histoire sont-ils aujourd’hui assez nombreux pour dénoncer une telle manipulation ?

Le Duc d’Anjou a déclaré aux micros ennemis : « Nous défendons le Valle de los Caidos parce que c’est un monument chrétien… ». Quel évêque, quel prêtre ose aujourd’hui s’élever publiquement pour réfréner les ardeurs belliqueuses des antichrétiens ?

Alors, de grâce, ne tombons pas dans le piège tendu par la Presse d’obédience maçonnique relayée même par certains cercles monarchistes, destiné à semer le doute et à isoler notre Prince.

Unissons-nous plus que jamais, et reconnaissons publiquement son action courageuse voire héroïque dans un monde qui a perdu la boussole, la seule vraie boussole, Notre Seigneur Jésus-Christ.

 

Charles LUCAIN

31/07/2018

Rosaire pour la France - samedi 4 août 2018 - 16 h - Ars-sur-Moselle

rosaire france

17/07/2018

106e Pèlerinage Légitimiste de Sainte-Anne-d’Auray

pélerinage légitimiste

 

 

07/07/2018

LOUIS XX À PARIS, LE 6 JUILLET 2018

LouisXX-6juillet2018-900x400.jpg

Le discours du Pont-Neuf

Monsieur le Maire,
Mesdames et Messieurs les Élus
Mesdames et Messieurs les Officiers,
Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs,

LouisXX-Paris-6juillet2018-2.jpgCette cérémonie du bicentenaire du rétablissement de la statue du Roi Henri IV sur le Pont Neuf m’amène à plusieurs réflexions :

La première sur l’acte lui-même, dont deux enseignements se dégagent, la seconde sur le roi Henri IV.

Lorsque les révolutionnaires en 1792, mirent bas la statue de celui qui, jusqu’alors, était considéré comme le bon roi Henri IV, sans doute ne pensaient-ils pas que leur geste, vingt-cinq ans après, serait effacé par celui de Louis XVIII qui rétablit devant une foule nombreuse la statue, à son emplacement, c’est-à-dire au cœur de Paris.

Ce geste prouvait la fidélité du Roi et de la Ville de Paris qui avait commandé la statue en 1605, mais surtout ce rétablissement rappelait qu’en politique tout est possible. Ce que certains détruisent, d’autres le restaurent dès lors qu’ils ont foi en ce qu’ils font et en leur mission. N’est-ce pas là quelque chose de toujours actuel.

Les parisiens et le Roi Louis XVIII voulaient honorer l’œuvre d’Henri IV, l’homme de la paix rétablie après trente ans de guerre civile et aussi l’homme de la pacification des cœurs. L’image d’Henri IV n’a jamais été ternie par les aléas de l’histoire et en 1610 lors de sa mort, en 1614 lors de l’érection de la première statue, en 1818 lors de son rétablissement comme aujourd’hui, il demeure le roi préféré des Français. Monsieur le Maire, vous le savez, vous qui n’oubliez jamais de signaler que votre arrondissement est celui où les souvenirs du roi sont les plus nombreux et présents.

paris_1_statue_henri_IV_2.jpgMais cette cérémonie est l’occasion d’évoquer un autre aspect de la personnalité du Roi. Nous sommes aujourd’hui avec l’Amicale régimentaire qui maintient le souvenir et la tradition du Royal Navarre, devenu en 1790 le 5e Régiment d’Infanterie. Cette unité dont Henri de Navarre fut le premier Colonel, a combattu sur tous les champs de bataille, durant plus de quatre siècles, prouvant que la France transcende les aléas de la politique. Nous l’honorerons ce soir à l’Arc de Triomphe.

Ainsi le Roi apparaît là sous son autre facette. Grand dans la Paix il le fut aussi dans la guerre. Chef vaillant et audacieux il savait que la paix et la sécurité des peuples ne s’obtiennent que si l’on maintient la garde haute. Pas de faiblesse pour les ennemis car sinon c’est le peuple qui souffre !

C’est par là aussi que le roi est grand et le demeure dans la mémoire collective.

La gerbe que nous allons déposer au pied de sa statue est, ainsi, triplement symbolique : elle honore le roi, elle rend hommage à son héritier direct le roi Louis XVIII, elle permet de se souvenir que notre avenir s’écrit à travers la mémoire collective d’un peuple qui en honorant ses grands hommes et leurs vertus, témoigne de son espoir pour demain.

Merci de m’avoir écouté.

Louis de Bourbon, Duc d’Anjou

Discours de Monseigneur le Duc d’Anjou au Cercle national des armées

Messieurs les Abbés,
Messieurs les Professeurs,
Messieurs les Présidents,
Chers Amis,

Après la belle et émouvante commémoration de ce matin sur le Pont-Neuf, et avant la cérémonie de l’Arc de triomphe, nous voici réunis toujours autour de la grande figure d’Henri IV pour entendre deux conférences, organisées comme toute cette journée, en partenariat entre l’IMB et l’Amicale régimentaire du Royal-Navarre.

ConferenceLouisXXAuCercleNationalDesArmees2.jpgElles vont éclairer deux aspects de la personnalité du grand roi : d’un côté l’homme des premiers grands travaux parisiens et, de l’autre, le chef militaire qui a su réconcilier des troupes qui durant trente ans avaient combattu les unes contre les autres. Il est intéressant de noter que ces deux actions participaient chacune à leur manière, à rétablir la paix et la concorde entre tous les Français, ce qui était son vrai programme politique. Il fallait oublier trente ans de guerres civiles avec tous les drames que cela avait suscités. Cela passait par la prospérité à retrouver, mais aussi par une paix des cœurs à obtenir.

Cette dernière n’est-elle pas la plus difficile à réaliser après tant de maux endurés qui pouvaient sembler indélébiles ! L’Armée et l’engagement des siens pouvant aller jusqu’au sacrifice de leur vie, est, plus facilement que tout autre institution, le creuset de ces grandes réconciliations. La France l’a observé à plusieurs reprises, mais sans doute est-ce Henri IV qui, le premier, l’a compris et l’a mis en pratique. La communication du Professeur Hervé Drévillon va donc, pour nous tous, être d’un grand intérêt et je le remercie d’avoir bien voulu être des nôtres aujourd’hui.

Mes remerciements vont aussi au Professeur Jean-Pierre Babelon. Nous nous connaissons depuis de longues années et, Cher professeur, vous êtes celui qui m’a permis de suivre et de comprendre la question de l’authentification de la tête d’Henri IV. Elle ne fait plus de doute désormais. Je vous en remercie et j’espère que la dépouille royale retrouvera la place qui lui revient.

Aujourd’hui vous allez parler du rôle du Roi vis-à-vis de Paris. Vous avez consacré de nombreux travaux à cette question. Si le roi avait fait la paix, il voulait aussi que cela se voit en donnant à Paris, très éprouvé par la guerre, du confort, de la sécurité et de la beauté.

Ce matin nous étions sur le Pont-Neuf, à côté de la Place Dauphine, des lieux encore témoins de son travail d’urbaniste. Ces lieux existent en fait dans tout Paris marquée par l’œuvre du Roi. Il a le premier créé la tradition des souverains soucieux de leur capitale.

Le bicentenaire du rétablissement de la statue d’Henri IV qui avait été abattue par les révolutionnaires est ainsi l’occasion, une nouvelle fois, d’honorer la mémoire du Roi qui demeure, dans la conscience collective, le plus aimé par les Français pour avoir été grand dans la Paix comme dans la guerre ; dans le combat comme dans le pardon, sachant réconcilier et faire l’unité pour le bien commun.

Une œuvre se juge par les fruits qu’elle porte. Celle d’Henri IV en est un bel exemple.

Merci à vous tous, Messieurs les Universitaires et vous les organisateurs, de nous donner l’occasion, en cette journée commémorative de celle de 1818, de nous le rappeler. Puisse cet exemple inspirer les uns et les autres et continuer à servir de modèle. Commémorer sert à faire mémoire des grandes actions pour inspirer le présent.

Henri IV demeure un roi d’hier comme de demain !

Merci.

Louis de Bourbon, Duc d’Anjou

 

 Source : UCLF

04/07/2018

Rosaire pour la France - samedi 7 juillet 2018 - 16 h - Ars-sur-Moselle

rosaire pour la france

27/06/2018

L’AFFAIRE DE RENNES-LE-CHÂTEAU - ENTRETIEN AVEC CHRISTIAN DOUMERGUE EN EXCLUSIVITÉ SUR LE FORUM DU ROYAUME DE FRANCE

auteurphoto2.JPG

Né en 1976, Christian Doumergue est considéré comme un des grands spécialistes français de l’Enigme de Rennes-le-Château qu’il a découverte en 1992. Après un premier ouvrage en 1997, il a publié plusieurs livres et articles jusqu’à son très remarqué Le Secret dévoilé : enquête sur les mystères de Rennes-le-Château (éditions de l’Opportun, juin 2013) préfacé par les romanciers à succès Jacques Ravenne et Eric Giacometti.

Venez poser toutes vos questions à notre invité : ICI

Message de Madame la Duchesse d'Anjou au colonel Christophe Bizien

27 Juin, 2018

 

Une cérémonie militaire a lieu ce mercredi 27 juin à 10h45 au 19è régiment du génie de Besançon. Elle marque la fin de deux ans de commandement du colonel Christophe Bizien à la tête des 1700 hommes qui composent ce régiment.

En présence de l’ensemble des personnels du régiment présents en métropole, et d’une délégation d’autorités civiles et militaires de la région. Ainsi ce mercredi 27 juin, le lieutenant-colonel Fabien Delacotte succèdera au colonel Bizien. La marraine du régiment, Marie-Marguerite, Duchesse d'Anjou adresse un message au colonel Bizien : 

 

"Colonel,

Au moment où vous quittez votre commandement et où le 19ème Régiment du Génie change de Chef, je tiens à vous adresser tous mes vœux pour la suite de votre carrière.

Je tiens surtout à dire aux officiers, sous-officiers, gradés et sapeurs, sans oublier le personnel civil, du Régiment le fidèle et affectueux attachement de leur marraine.

Que Sainte Barbe veille sur le Régiment et sur ses forces vives au cours des engagements de tous ordres qui l’attendent au service de la France.

Votre affectionnée,

 

Marguerite,

Duchesse d’Anjou"

 

dsc_0070.jpg

23/06/2018

Compte rendu de la journée du 16 juin au Mont Sainte Odile

20180616_132006.jpgPour la quatrième année consécutive, à l'occasion de la journée légitimiste de l'est du Royaume de France, président et adhérents du Cercle Robert de Baudricourt se sont déplacés en Alsace. Nous avons eu droit à un magnifique soleil, un beau ciel bleu, notre destination du jour : le Mont Sainte Odile, un site merveilleux qui attire chaque année plus d'un million de visiteurs.

20180616_141953.jpgAprès une restauration dans une ambiance conviviale et sympathique, ce fut l'occasion pour nous de rencontrer des membres Alsaciens du Forum Légitimiste et de nous ressourcer ensuite durant un temps de prière venant conclure la découverte du lieu.

Puisse Sainte Odile apporter sa lumière à l'Alsace, elle qui née aveugle recouvra la vue par un miracle de la puissance divine  ! 

image.jpg

 

 

08/06/2018

Sam. 16 juin : journée royaliste au Mont Sainte-Odile (Alsace)

Samedi 16 juin, les cercles légitimistes de Lorraine et d'Alsace se retrouveront pour une journée d'amitié royaliste au Mont Sainte-Odile, avec repas convivial et découverte de ce site pittoresque et chargé d'histoire.

mont sainte odile, royalisme

Programme :

12h : repas

14h : visite du site

Des covoiturages depuis Metz, Nancy et Pont-à-Mousson seront proposés.

Renseignements et inscription au 03 83 81 00 29 / 06 46 77 66 85 - robertdebaudricourt@gmail.com

Nul doute que Sainte Odile, lumière de l'Alsace, veillera sur la troupe catholique et royale venue se ressourcer en sa belle demeure !

Julius Evola, un gnostique ennemi du christianisme

phot01.jpgSamedi 26 mai, le cercle légitimiste Robet de Baudricourt s'est retrouvé pour une réunion de formation traitant de Julius Evola.

M. Reny, le président du cercle a mis en avant les aspects ésotériques (L'Hermétisme, l'Alchimie) de ce personnage trouble et violemment anti-chrétien, qu'affectionnent pourtant certains nationalistes s'affirmant catholiques.

3310059456.jpgD'après ce promoteur du paganisme "la religion chrétienne fut un poison pour la grandeur de l’Empire romain et la principale cause du déclin de l’Occident". Il semble bien que ce soit au contraire la déchristianisation de nos pays qui entraîne leur inexorable déclin.

Le cercle s'est séparé après un goûter convivial, se donnant rendez-vous pour la grande journée alsacienne, avec le cercle Saint Materne, le 16 juin au Mont Sainte-Odile.