f1g2a3s4b5

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2012

Saint Nicolas

Saint patron protecteur de toute la Lorraine.

89052y87.gifLe culte de saint Nicolas se répandit très tôt en occident, notamment dans la région rhénane d'où il vint sans doute dans l'ancienne Lotharingie. L'abbaye de Gorze, près de Metz, n'y est pas étrangère, car depuis longtemps déjà, on y vénérait les reliques du thaumaturge. Dès la première moitié du XIè siècle, des églises et Chapelle furent dédiées à saint Nicolas. Le Duc de Lorraine Thierri II qui fit construire un nouveau faubourg à Neufchâteau, y érigea en 1097, une église qui fut dédiée à saint Nicolas. A Gerbéviller, l'ancienne église Saint Pierre comportait une chapelle latérale dédiée à saint Nicolas etc..

Nicolas avait été archevêque de la ville de Myre, au sud-ouest de la Turquie actuelle, sur le bord de la Méditérranée. Il y avait été inhumé et sa tombe attirait des foules, car il s'y produisait des miracles. En 1087, des marchands italiens qui rentraient d'Antioche en bateau, accostèrent à Myre et s'emparèrent de la relique qu'ils ramenèrent à Bari. Ils furent accueillis en grandes pompes à leur retour. Les italiens invoquèrent qu'ils avaient voulu préserver des Sarrasins les restes de saint Nicolas, mais ce faisant, ils privèrent l'Eglise d'Orient qui avait une grande dévotion pour ce saint. Il faut observer que la rupture entre les deux églises avait eu lieu en 1053...

Le culte de saint Nicolas était déjà bien établi chez nous avant la translation de la relique à Bari, mais l'événement  eut un retentissement universel.

basilique_1300278272.jpgUn certain Aubert qui revenait de croisade fit étape à Bari où il alla se prosterner sur le tombeau. Là, servi par la providence, il rencontra le clerc chargé de la garde des lieux et qui, comme lui, était originaire de Port. Ils se trouvèrent même des liens de parenté et se lièrent d'amitié. Les relations évoluèrent si bien que le clerc eut une vision dans laquelle saint Nicolas lui apparut et lui exprima son désir qu'une de ses reliques soit déposée à Port. Avec les clefs du tombeau que le clerc détenait, rien n'était plus facile. Une petite expédition nocturne permit de prélever une partie d'un doigt du saint que l'on appelera plus tard la jointure.

A son retour, Aubert déposa la relique dans l'église de Port et plusieurs miracles s'ensuivirent. Le bourg prit de le nom de Saint-Nicolas de Port et un pèlerinage se mit en place qui eut un immense succès. On venait de partout, de Lorraine et de beaucoup plus loin, notamment de Bourgogne, de France et d'Allemagne. On y vit de très nombreux dignitaires et souverains. Jeanne d'Arc, elle-même y vint avant d'entreprendre sa mission.

René II eut une très grande dévotion pour saint Nicolas, surtout lors de la guerre contre Charles le Téméraire. Après la bataille de Nancy le 5 juillet 1477, le duc attribua son succès principalement à saint Nicolas et pour la première fois, fut affirmé publiquement son patronage sur la Lorraine. Patronage confirmé en 1657 par le pape Innocent X.

(Source : Lorraine 2000 ans d'histoire)

02/12/2012

Mariage princier à Nancy

Nancy accueillera les 28 et 29 décembre les noces d’Adélaïde et de l’archiduc Christoph d’Autriche.

ils-sont-jeunes-ils-sont-beaux-et-ils-s-aiment-photo-alexandre-marchi.jpg

Nancy accueillera les cérémonies de mariage d’Adélaïde Drapé-Frisch avec son Altesse Impériale et Royale l’Archiduc Christoph d’Autriche. Les fiancés étaient hier à Nancy, pour régler quelques détails de cet heureux événement.

Ils sont jeunes, leur bonheur irradie, et leur complicité est évidente.

Adélaide a 23 ans, c’est une ravissante jeune femme brune qui parle d’une voix douce et joyeuse. Elle prépare un master de psychologie à l’université de Genève. Son royal fiancé, issu du Gotha européen, travaille dans la finance aux côtés de son père, vit également à Genève et fêtera ses 25 ans en février. Cela fait 5 ans qu’ils se connaissent. Christoph est un des cinq enfants de la princesse Marie Astrid de Luxembourg, fille aînée du grand-duc Jean 1 er de Luxembourg et de l’archiduc Carl-Christian d’Autriche.

466PX-~1.PNG« Lorsque nous avons pris la décision de nous marier, la question s’est posée de savoir où, explique le jeune homme. Nous avons regardé les lieux les villes. Paris, Bruxelles ? Nous cherchions un endroit qui ait du sens pour nous et nos familles ». Adélaïde poursuit. « Nous n’avions pas trouvé d’endroit qui fasse vraiment écho… ». Christoph reprend « ce sont nos familles qui nous ont dit : pourquoi pas la Lorraine et Nancy ». L’histoire de la famille de Habsbourg-Lorraine est en effet de longue date liée à Nancy et à la Lorraine. C’est à Nancy que l’archiduc Otto de Habsbourg-Lorraine, fils du dernier empereur d’Autriche, s’est marié en 1951, et est revenu 50 ans plus tard pour y célébrer ses noces d’or. « Nancy, lorsque nous l’avons visitée, est devenue une évidence. La Lorraine, nous la portons dans notre cœur. Notre chef de famille, l’archiduc Otto nous a toujours dit de ne pas oublier cette terre, que là étaient les racines de notre famille. Quand nous avons vu Nancy, tout s’est éclairé, cela devenait simple ».

Que les Lorrains nous accompagnent

Les deux jeunes gens qui sont venus à plusieurs reprises, discrètement, avouent « se sentir chez eux ici ». C’est à la basilique Saint-Epvre que Mrg Papin célébrera leur union. « Nous souhaitons que les Lorrains nous accompagnent, les portes seront ouvertes » dit fort simplement l’Archiduc Christoph d’Autriche. Il sourit, confesse que la pression monte, feint de s’étonner en se disant que « c’est dans moins d’un mois à présent. » Et ses yeux bleus pétillent quand il entend Adélaïde exprimer le souhait « qu’il y ait un peu de neige ce jour-là… » Ce serait si romantique ! Comme ce mariage impérial à l’aube de la nouvelle année.

Source : http://www.gotha.fr/3.aspx

20/08/2012

Réunion du Cercle Robert de Baudricourt

La prochaine réunion de formation du Cercle Robert de Baudricourt se tiendra à 16h00 le samedi 08 septembre 2012, à Nancy (54 000).

 

 

Renseignements et réservations au : 03 83 81 00 29 / 06 46 77 66 85

par courrier internet : ro.beaudricourt@sfr.fr

28/07/2012

La place Royale de Nancy

 

Place_Stanislas_Nancy.jpg

Aimer son Pays, sa province c'est chercher à bien connaître son Histoire, pour mieux comprendre le présent et préparer l'avenir. Nous avons déjà eu l'occasion à plusieurs reprises de rétablir quelques vérités historiques sur notre site, et de détruire par la même opportunité les mythes et légendes ubuesques fondateurs de la fausse "patrie moderne" des droits de l'homme, imprégnée qu'elle est par la pesante atmosphère de la Révolution de 1789, chargée de ses illusions, de ses passions et de ses folies meurtrières...

lanterne.jpgNotre province, la Lorraine n'a pas échappé au grand bouleversement révolutionnaire. On le devine, elle fût elle aussi le théâtre d'enjeux machiavéliques. Des hommes assoiffés de pouvoir et pressés d'en finir avec les Traditions de nos ancêtres se sont fait les complices de ceux qui dès le début de la Révolution se sont donnés pour objectif de couper définitivement les Français de la glorieuse et prestigieuse histoire de nos Rois Chrétiens. Voilà comment une place qui était destinée à l'origine à rendre hommage au Roy de France Louis XV dit le bien aimé, la place Royale de Nancy, est devenue par la convergence de plusieurs événements tortueux, la place appelée de nos jours "la place Stanislas"... Chef d'oeuvre de l'art royal, place aujourd'hui mondialement célèbre et renommée pour la beauté de ses grilles de fer forgées ornées d'or.

Stanislas le dernier duc de Lorraine, désira en effet jadis de créer à Nancy, un ensemble architectural en l'honneur de son gendre le Roy Louis XV, afin de consolider le rattachement de la Lorraine à la France suite à l'accord diplomatique de la pragmatique sanction. Le 18 mars 1752, la première pierre  fut posée officiellement. Le 26 novembre 1755 eut lieu l'inauguration de la Place dont la statue de Louis XV devait être l'élément central. Les dimensions de cette place prestigieuse sont de 106 mètres sur 124 mètres. Les quatre pavillons situés perpendiculairement à l'Hotel de Ville sont groupés deux à deux, et ont la même hauteur.

La statue de Louis XV

LouisXV-1.jpgLa statue originelle, au centre de la Place Royale telle que l'avait voulue Stanislas, représentait Louis XV debout sur un socle, vêtu en empereur romain le regard tourné vers la France, sa main brandit le bâton tressé d'or et à ses pieds sont posés le casque, le globe de la souveraineté aux trois fleurs de lys. C'est la figure d'un Roy de France victorieux. La face principale portait cette dédicace " LUDOVICO XV TENERRIMI ANIMI MONUMENTUM" (à Louis XV monument d'un cœur affectueux).

Aux quatre coins du socle étaient assises des vertus, statues coulées en plomb bronzé : la Prudence, la Justice, la Force, et la Clémence. Ces mêmes vertus étaient représentées sur le socle de la statue de la place Louis XV de Paris (oeuvre de Bouchardon).

 Le piédestal en marbre de Gênes était orné de bas-reliefs représentant le mariage de Louis XV et de Marie Leszczynska, une allégorie de la paix de Vienne, le rattachement de la Lorraine à la France, les fondations de Stanislas.

Le monument avait été sculpté par Guibal, aidé par son élève Paul-Louis Cyfflé

Les grilles de Jean Lamour 

Les majestueuses grilles dorées d'or de Jean Lamour unissent de manière originale les pavillons d'Emmanuel Héré. Les fontaines de Neptune et d'Amphirite ont été réalisées en plomb doré, elles sont de style rocaille. Les deux grilles des fontaines, au nord et au sud de la place, sont particulièrement remarquables, de par leur magnificence et leur taille : l'ouverture des ceintres est de 15,30 m et leur développement de 23,45 m. Leur hauteur de 10,40 m. 

lamour.jpgJean Lamour déclara à leur sujet : "Tout ce qui est apparent, les carcasses, les socles, les piédestaux, les corps des pilastres, les chapitaux, les architraves, les frises, les corniches et l'adoucissement qui reçoit le grand couronnement, ainsi que les arrière-corps, les impostes, les panneaux et l'archivolte sont de fer battu et rivé sur les marnages... Les tôles sont si exactement appliquées sur l'armature qu'elles semblent ne faire qu'un même corps. Les saillies des corniches, les différents profils y sont observés avec une précision qui fait douter que ce soit du fer forgé ; à peine y aperçoit-on les rivures et les joints." (Recueil des ouvrages en serrurerie que Stanislas, duc de Lorraine, a fait poser sur la place royale de Nancy à la gloire de Louis le Bien-Aimé, composé et exécuté par Jean Lamour, Dédié au Roy - imprimé chez Thomas à Nancy, 1768) et aussi "On ne voit dans mon travail ni cette pesanteur, ni cette maigreur ordinaire des ouvrages de ce genre."

Au sommet de ces grilles, on remarque un portique avec une couronne Royale, des vases, des fleurs de lys, le blason de la Maison France, un coq portant une lanterne ainsi que le chiffre de Louis XV.

 

8.jpg

 

L'inauguration

portrais-guibal.jpgLes fêtes de l'inauguration commencèrent le 25 novembre 1755, une messe était célébrée à la Primatiale devant le Roy et en présence des corps constitués.

Nancy devient ce jour le centre du monde, la ville est envahie par une grande foule de badauds venue des quatre coins de la Lorraine, mais aussi de toute la France et de nombreux pays étrangers pour participer a cet instant solennel. Le lendemain, vers midi après une messe à Bonsecours, le carrosse du duc de Lorraine entre dans la cité par la porte St Nicolas de la Ville Neuve.

" Messieurs c'est aujourd'hui que le Roy fait la dédicace du monument que Sa Majesté a fait ériger comme un gage de son amour pour le Roy son gendre. Vive le Roy !"

 

Une salve d'armes proclame la dédicace et les sculpteurs, Guibal et Cyfflé découvrent la statue retirent le drap qui cache encore la forme. La statue de Louis XV apparaît dans son manteau de bronze, vêtu d'une cuirasse romaine, toge sur les épaules, le souverain tourne son regard vers la France...  

La place Royale en 1789

La place royale, devenue le centre obligé de toutes les manifestations futures, symbole fort de la Royauté Française, subit les foudres de la révolution de 1789...

Les Nancéiens traditionalistes, fidèles au Royaume de France et très attachés à l’œuvre de Stanislas tenteront de retarder les effets destructeurs portés contre la monarchie...

piedouche statue louis XV.jpgMalheureusement, en vertu d’un décret du 14 août 1792, le maire de Nancy Adrien Cyprien Duquesnoy, élu le 15 février 1792..., eu pour mission de faire disparaître les emblèmes royaux. En septembre la statue de Louis XV est enterrée au pied de son socle. Le 12 novembre la garde national parisienne qui stationnait à Nancy est relevée par des fédérés le 13 novembre, ils détruisent avec une fureur inouïe un bon nombres d’édifices, bas reliefs, inscriptions, œuvres artistique et des documents faisant référence à Louis XV et à Stanislas.

La place royale outragée, fut finalement dépouillée définitivement de la statue de Louis XV, c'est le 26 novembre 1792 que la sculpture fut exhumée. Retirée, démembrée, pesée puis vendue, elle fut ensuite envoyée à la fonderie de Metz le 23 janvier 1793...

De nos jours le piédouche de l'ancienne sculpture est toujours visible, il se trouve au cimetière Preville de Nancy (Rue notre Dame des Anges, entrée Est à gauche).  Il a été utilisé comme stèle mortuaire par la famille Antoine. Bien qu'en très mauvais état de conservation il demeure néanmoins un témoignage du passé...

12/06/2012

Rappel : Réunion du Cercle Robert de Baudricourt

La prochaine réunion de formation du Cercle Robert de Baudricourt se tiendra à 16h00 le samedi 16 juin 2012, à Nancy (54 000).

 

 

Renseignements et réservations au : 03 83 81 00 29 / 06 46 77 66 85

par courrier internet : ro.beaudricourt@sfr.fr

03/06/2012

Louis XVII, l'enfant Roy

Louis XVII - 04.jpgQui se souvient de Louis-Charles de France ? Second fils de Louis XVI et de Marie-Antoinette, dix-septième du nom...

Triste règne éphémère, dont les livres de l'histoire « officielle » de la république se gardent bien de révéler le récit des souffrances aux Français ; victime de la cruauté, de la barbarie, de la haine révolutionnaire, de toutes les lâchetés et des envies des hommes, il eût pour palais une misérable prison, pour trône un grabat, et ne connut d’autre couronne que celle du martyre.

A cette époque où tout était emporté par la tempête révolutionnaire. Après l’assassinat de son père sa majesté Louis XVI, on ne lui a reconnu le titre de Roy de France que sous les chaumières de la Vendée contre-révolutionnaire ou sous les tentes de l'exil. Autour de l'existence de ce jeune et malheureux Prince se sont développées les pires épreuves, les malheurs, la captivité de la famille royale dans la tour du Temple ; suite et fin douloureuse de la disparition brutale de la Monarchie Catholique et Royale Française.

Le peuple de France royaliste et catholique de jadis n'a assisté que de très loin au drame qui s’est joué dans cette tour du temple. Il n'en a point vu toutes les scènes où la cruauté révolutionnaire s’est abattue impitoyablement sur l'innocence d’un enfant privé de la protection de ses parents. Les vainqueurs de la révolution ont caché soigneusement au peuple Français l'horrible dénouement, de telle manière à ce que les violences exercées sur la faiblesse de l’orphelin du Temple tombent pour toujours dans l’oubli de la conscience nationale.

temple_de_paris.jpgLa tour du temple aujourd’hui n'existe plus, ce monument qui fut le théâtre de ce terrible drame, se rattache pour l’éternité à l'histoire de la captivité de la famille Royale privée de ses droits les plus rudimentaires. Pour ne pas qu’elle devienne plus tard un lieu de pèlerinage royaliste et catholique, les hommes de la révolution ont décidé de sa destruction, à la manière de criminels qui cherchent à se débarrasser d’un témoin gênant qui sait, et qui a vu trop de choses... La fin du temple succède à la fin de Louis XVII, où tout périt.

L’histoire de Louis XVII rétablie dans sa réalité historique, ne peut susciter que l’émotion, la pitié et l’indignation qui saisissent l’âme Chrétienne dans ses profondeurs. Epouvantable drame, épisode immonde de la Révolution Française, cataclysme moral, honte de l'humanité... Souvenons-nous combien cet enfant broyé par les plus cruelles tortures, dont fut privé la France pour son plus grand malheur, était digne d'être aimé. Combien il fut le Juste aux prises avec l'injustice, l'impiété, l'ingratitude et les folies humaines.

Le 8 juin 1795 Louis XVII s'en est allé, il n'a vécu que dix ans deux mois et douze jours.

Reny_F

fleur-de-lys_500.jpg

 

messe.jpg


02/06/2012

Réunion du Cercle Robert de Baudricourt

La prochaine réunion de formation du Cercle Robert de Baudricourt se tiendra à 16h00 le samedi 16 juin 2012, à Nancy (54 000).

 

 

Renseignements et réservations au : 03 83 81 00 29 / 06 46 77 66 85

par courrier internet : ro.beaudricourt@sfr.fr

21/05/2012

Rappel : Réunion du Cercle Robert de Baudricourt

La prochaine réunion de formation du Cercle Robert de Baudricourt se tiendra à 16h00 le samedi 26 mai 2012, à Nancy (54 000).

  

 

 Renseignements et réservations au : 03 83 81 00 29 / 06  46 77 66 85

par courrier internet : ro.beaudricourt@sfr.fr

07/05/2012

Messe à la mémoire de LOUIS XVII

Me-L-XVII.jpg

01/05/2012

Réunion du Cercle Robert de Baudricourt

La prochaine réunion de formation du Cercle Robert de Baudricourt se tiendra à 16h00 le samedi 26 mai 2012, à Nancy (54 000).

  

 

 Renseignements et réservations au : 03 83 81 00 29 / 06  46 77 66 85

par courrier internet : ro.beaudricourt@sfr.fr